ACTUALITES OFFICIELLES


Le président Ilham Aliyev reçoit la directrice exécutive de l’ONU-Habitat VIDEO

Bakou, 5 mars, AZERTAC

Le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a reçu le 5 mars la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), Maimunah Mohd Sharif.

Ayant salué l'invitée, le président Ilham Aliyev a dit :

- Bienvenue en Azerbaïdjan. Je suis très enchanté de vous voir.

Maimunah Mohd Sharif : Merci beaucoup, Monsieur le Président.

Le président Ilham Aliyev : Je suis enchanté que vous nous rendiez visite. Comme vous le savez, nous sommes un membre très actif de l'ONU et coopérons avec succès avec les différents organismes de l'ONU. Je suis heureux que vous nous rendiez visite en tant que directrice exécutive de l’ONU-Habitat, Programme des Nations Unies pour les établissements humains. Je suis conscient que vous défendez les valeurs d'égalité, de réduction de la pauvreté et d'urbanisation. Vous connaissez probablement nos indicateurs de réduction de la pauvreté. En ce qui concerne la réduction de la pauvreté, je crois que nous avons réussi à vaincre ce fléau mondial. Le taux de pauvreté en Azerbaïdjan est d'environ cinq pour cent. Cela montre que nous avons été en mesure d'utiliser les revenus du secteur de l'énergie de manière appropriée pour une répartition équitable des richesses. Bien sûr, de nouvelles opportunités de réformes économiques et d'emploi créeront une nouvelle image en Azerbaïdjan, parce que notre population augmente. Par conséquent, les questions liées à l'emploi et, bien sûr, le niveau de pauvreté, qui y est directement lié, sont d’une importance particulière.

Merci d’avoir visité les territoires libérés. Je sais que vous êtes allée à Aghdam et que vous y avez vu de vos propres yeux l'ampleur de la destruction. Je peux vous assurer que la situation est la même dans tous les territoires libérés. Tout a été détruit. À cause de ce vandalisme et de cette barbarie, Aghdam n’existe plus. La ville, qui comptait autrefois des dizaines de milliers d’habitants, est aujourd'hui en ruines. Cela a été commis par les Arméniens, le régime criminel arménien pendant les années d'occupation. Pendant près de 30 ans, nos villes, villages, sites historiques et religieux ont été délibérément et systématiquement détruits afin d'effacer les traces de la culture et de l'histoire azerbaïdjanaises. Pourtant, la guerre pour la liberté de nos terres a montré que tôt ou tard la justice prévaudra. Il faut être patient. En même temps, nous devons travailler dur au quotidien pour être fidèles au pays et atteindre nos objectifs. Notre guerre était une guerre de libération. Nous avons mis fin à l'occupation. Nous avons mis fin aux forces du mal dans notre pays. Vous savez probablement que les Arméniens ont également insulté et détruit nos sites religieux. Soixante-cinq mosquées ont été complètement détruites, tandis que les deux mosquées restantes ont été utilisées pour garder des cochons et des vaches, ce qui était une insulte aux sentiments des musulmans du monde entier. Malheureusement, pendant toutes ces années d'occupation, la communauté internationale est restée muette. Comme vous le savez, malgré les décisions et les résolutions soutenant notre position, adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Assemblée générale et d'autres organisations internationales importantes, aucune pression sérieuse n'a été exercée sur l'Arménie. Aucune sanction n'a été imposée à l'Arménie. Certains pays ont même essayé de ne pas faire la distinction entre l'agresseur et la victime de l'agression. Ce sont les principales raisons pour lesquelles les Arméniens ont gardé ces territoires sous leur contrôle pendant si longtemps. Si nous n'avions pas fait preuve de courage, de patriotisme et de force, cette occupation aurait continué. Il nous a semblé que les organisations internationales elles-mêmes s'étaient déjà adaptées à la situation. Comme une sorte de groupe de touristes, le groupe de Minsk nous rendait visite plusieurs fois par an pour mener des négociations dénuées de sens. Maintenant, il est évident que ces pourparlers n'avaient pour but que de masquer les tentatives de l'Arménie de renforcer les conséquences de l'occupation. Les Arméniens avaient changé les noms de nos villes et villages. Ils ont fait de leur mieux pour que cette occupation soit oubliée dans le monde. Mais le peuple azerbaïdjanais ne l'avait pas oublié. Aucun de nous ne l'avait oublié. Nous étions tous prêts à nous sacrifier pour libérer notre patrie historique, et ça a été le cas.

Nous avons maintenant de grands défis devant nous. Je suis sûr que vous avez été informée de nos projets. Vous avez peut-être vu une partie importante de notre processus de reconstruction. C'est un travail immense. Jusqu'à présent, nous n'avons reçu aucune aide de la part des organisations internationales ou pays au monde. Nous faisons tout ce travail à nos frais. Et nous continuerons à le faire. Mais, bien sûr, il est assez étrange que près d'un an et demi se soit écoulé depuis la libération des terres, mais personne n'est prêt à nous aider. Juste des paroles, rien d'autre. Il n'y a aucune idée de conférences de donateurs ou de soutien financier. Même des organisations non gouvernementales bien connues et des fondations internationales bien connues ferment les yeux sur ce qui se passe au Karabagh et au Zenguézour. C'est dommage. Vous savez, nous allons restaurer les territoires. Comme je l'ai dit, nous allons créer un paradis sur terre au Karabagh et au Zenguézour. Nous le ferons à tout prix. Cependant, je pense que cette indifférence des organisations internationales, des organisations donatrices et des grandes fondations est tout à fait inacceptable. Nous espérons que l'ONU nous soutiendra par le biais de ses institutions et de ses canaux de communication, qui transmettront le message important que l'Azerbaïdjan a besoin de soutien. Nous considérons votre visite comme un signe de ce soutien. Je suis sûr que vous rendrez compte de ce que vous avez vu là-bas. Parce qu’entendre, savoir ou lire quelque chose est tout à fait différent de voir de ses propres yeux.

Il est également important d'informer le monde sur la barbarie arménienne. Cela doit être puni. Nous les avons punis pendant la guerre d'une manière qu'ils n'oublieront jamais, mais l'agresseur doit également être puni au niveau international. Bien sûr, il y a la question de l'indemnisation. Nous exigeons une indemnisation. Nous avons déjà impliqué des institutions internationales et des groupes juridiques pour nous aider à soulever cette question sur la scène internationale. C'est donc le plan. Je pense que pour le programme de l'année prochaine, nous devons adapter notre coopération à cette importante réalité.

Actuellement, il n'est pas possible de renvoyer nos anciens déplacés internes vers les zones libérées en raison des mines terrestres. Malheureusement, jusqu'à présent, plus de 200 personnes ont été tuées ou gravement blessées par des mines. Le déminage de ces zones nécessite une grande expérience et une grande capacité technique. Il faut aussi créer des conditions décentes pour que les gens puissent y retourner, et le processus est lancé. Je suis sûr que vous visiterez à nouveau notre pays, car il s'agit d'une question très importante à l'échelle mondiale. Je crois que la façon dont nous restaurerons le territoire de la taille du Liban sera un bon exemple pour les autres pays souffrant d'occupation, de destruction et d'autres problèmes graves. Je suis convaincu que nous pouvons être un exemple pour tous les autres pays qui ont été ou sont encore confrontés aux mêmes problèmes que nous. Bienvenue une fois de plus. Merci d'être avec nous.

X  X  X

Affirmant qu'elle visitait l’Azerbaïdjan pour la première fois, Maimunah Mohd Sharif, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains, s'est déclarée profondément impressionnée par les processus de développement en cours, ainsi que par le concept d'urbanisme et de développement sous la direction du président Ilham Aliyev en Azerbaïdjan. Maimunah Mohd Sharif a dit que l'Azerbaïdjan avait une combinaison d'antiquité et de modernité, que les bâtiments modernes étaient en harmonie avec les sites historiques, ajoutant qu'elle était satisfaite des transports urbains modernes et des infrastructures routières, faisant partie intégrante de l'urbanisme et de l'urbanisation.

Déclarant avoir passé une journée à Aghdam, la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains a fait savoir qu'elle s'était familiarisée avec le plan de développement et d'urbanisation d'Aghdam, mis en œuvre par le gouvernement azerbaïdjanais sous la direction du président de la République.

Maimunah Mohd Sharif a salué l'objectif de l'Azerbaïdjan de mettre en œuvre un concept d'éco-ville moderne avec zéro émission dans les territoires libérés, y compris Aghdam. Elle a noté que le Programme des Nations Unies pour les établissements humains soutenait la construction de villes dans des conditions post-conflit et des concepts de développement urbain durable dans divers pays du monde, et était prêt à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement azerbaïdjanais à cet égard.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter