CULTURE


Un aperçu historique de la forteresse de Choucha

Bakou, 20 avril, AZERTAC

La construction de la forteresse de Choucha remonte aux années 1750-1751.

Selon certains historiens du Karabagh, l’édification de place forte, aux bords d’une falaise naturelle vertigineuse, s’est poursuivi jusqu’en 1756 ou 1757.

Le khan Penahali a fait de Choucha sa capitale une fois que les fortifications ont été achevées. Le site a pris alors l’allure d’une citadelle très fortement remparée. Elle a été d’abord nommée Penahabad (la ville de Penah) en l’honneur de son fondateur Penahali, puis forteresse de Choucha avant de devenir simplement Choucha.

Dès les premiers temps de sa fondation (1751), la ville a subi de nombreuses attaques, d’après les auteurs du « Qarabagname » (Chronique du Karabagh) écrite dans ces années.

Alors que le khan Penahali se consacrait à la construction des murailles formidables, en 1751, le khan Mohammad Hassan Gadjar a mis en marche son armée et a assiégé le site pendant un mois avec de nombreuses troupes. Grâce à une bonne défense, il a fini par lever le siège et a retiré ses forces.

Quelques années plus tard, le khan Feteli Afchar d’Ourmia a attaqué le khanat du Karabagh. Six mois plus tard, il n’avait toujours pas réussi à s’en emparer.

Malgré ces événements, la ville-forteresse s’est vite développée et a attiré l’attention par la beauté de son site naturel, ses hautes maisons et ses magnifiques murailles. Peu après, la ville a connu un accroissement rapide et est devenue une ville importante de l’Azerbaïdjan.

 

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules