SOCIETE


La quatrième conférence de l'Organisation de la coopération islamique sur la médiation termine ses travaux

Bakou, 7 juin, AZERTAC

Les travaux de la Quatrième Conférence de l'Organisation de la Coopération Islamique sur la Médiation "Expériences et Perspectives", qui était organisée par le Ministère Saoudien des Affaires Etrangères en coopération avec le Secrétariat Général de l'Organisation de la Coopération Islamique et qui ont durés 2 jours 5-6 juin, se sont achevés lundi 6 juin à Djeddah, Arabie Saoudite.

Au cours des sessions de la conférence, les intervenants ont souligné que la médiation et les bons offices représentent le meilleur moyen de régler les différends, soulignant la nécessité de la volonté politique et de l'impartialité, dans le respect de la souveraineté des États et de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

Ils ont souligné que les valeurs islamiques représentent des facteurs fondamentaux dans le règlement des différends, soulignant l'importance de prendre en compte les sensibilités culturelles des parties à la médiation, et de s'inspirer du patrimoine religieux et culturel et des bonnes coutumes et traditions des sociétés concernées par ces conflits.

Les orateurs des séances de travail ont demandé instamment d'activer le rôle des femmes et des jeunes dans les efforts de médiation et d'assurer la participation des groupes directement touchés par le conflit, et que les parties aux négociations aient la direction des négociations pendant la médiation.

Ils ont également appelé à investir les technologies de l'information et les technologies modernes dans les processus de médiation, à identifier les causes économiques, sociales et politiques des conflits et à faire en sorte que le processus de médiation soit concomitant au processus de consolidation de la paix.

Ils ont souligné la nécessité pour la médiation d'être multidimensionnelle et de ne pas se concentrer uniquement sur la voie du dialogue direct entre les deux parties au conflit, mais plutôt de s'étendre pour inclure un soutien et une formation techniques et logistiques.

Ils ont souligné l'importance des partenariats entre les organisations régionales et internationales, étant donné qu'elle dispose de toutes ses capacités et de tous ses atouts en matière de médiation.

Les intervenants ont souligné l'importance de la médiation alertant les parties au conflit des conséquences de ne pas parvenir à une solution pacifique, notant à cet égard que les moyens de pression et de sanctions peuvent contribuer au succès des négociations.

Les intervenants ont expliqué que la médiation n'a pas de pouvoir décisionnel, mais aide plutôt les parties au conflit à prendre leurs décisions.

Ils ont exhorté les médiateurs à adopter l'approche de la simplicité et de la rapidité dans la facilitation entre les parties au conflit, et à utiliser un langage approprié qui tient compte des positions et des points de vue des parties, et à ce que la médiation soit caractérisée par la préparation, la flexibilité et la cohérence.

Le Représentant permanent du Royaume d'Arabie saoudite auprès de l'Organisation de la coopération islamique, le Dr Saleh bin Hamad Al-Suhaibani, a transmis dans le rapport à la fin des sessions de la conférence les remerciements et l'appréciation des délégations participantes au gouvernement du Royaume. d'Arabie saoudite, dirigé par le Serviteur des deux saintes mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz, et Son Altesse le prince héritier, Son Altesse royale le prince Muhammad bin Salman bin Abdulaziz, et ils ont loué les capacités fournies par le ministère saoudien des Affaires étrangères et l'Organisation de la coopération islamique afin de faire de cette importante conférence un succès, qui intervient dans des circonstances sensibles qui affligent le monde, louant en même temps la diversité et la richesse des sessions de la conférence, des discussions et des idées constructives issues de cette conférence , surtout à l'heure actuelle. Le Représentant permanent a remercié toutes les délégations, organisations, centres et personnalités ayant une expérience et des connaissances qui ont participé à cette conférence et assisté à ses travaux.

Il a également exprimé ses remerciements au Secrétariat général de l'Organisation de la coopération islamique pour sa coopération fructueuse avec le ministère saoudien des Affaires étrangères afin de faire de la conférence et de ses travaux un succès.

Al-Suhaibani a expliqué que le nombre de pays qui ont participé à la conférence s'élevait à près de 50 pays, en plus de 10 organisations affiliées à l'Organisation de la coopération islamique, de six organisations régionales et internationales et de 13 pays observateurs auprès de l'organisation, en plus de tous les envoyés du Secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique pour l'Afrique, le Myanmar, l'Afghanistan, le Jammu-et-Cachemire, et un certain nombre de centres de recherche spécialisés et d'universités intéressées en Arabie saoudite et à l'étranger.

Al-Suhaibani a déclaré que le Royaume d'Arabie saoudite, dans la continuité de son approche de soutien aux décisions de l'Organisation de la coopération islamique depuis sa création, et en tant que chef de l'actuel Sommet islamique, a mis en œuvre deux décisions importantes du Conseil des affaires étrangères Ministres de l'Organisation de la coopération islamique au cours de cette semaine Conseil ministériel n° 48/53-Q sur la médiation.

Il a ajouté: "En plus de mettre en œuvre la décision de demander un soutien au Fonds d'affectation spéciale humanitaire pour l'Afghanistan, qui a été créé lors de la réunion de la quarante-huitième session du Conseil des ministres des affaires étrangères à Islamabad, République islamique du Pakistan." prévention des conflits et de règlement, et travailler à activer le rôle de la diplomatie préventive dans ce domaine, en plus de discuter des défis et des difficultés auxquels sont confrontés les efforts de médiation, ainsi que

La conférence visait à renforcer le rôle de l'Organisation de la coopération islamique dans le domaine de la paix et de la sécurité régionale et mondiale et à créer un nouveau mécanisme de médiation grâce aux capacités et capacités dont dispose l'Organisation pour la résolution des conflits, en particulier à la lumière des statistiques indiquant que plus de 60% des conflits relèvent du périmètre géographique de l'Organisation Coopération islamique.

Al-Suhaibani a estimé qu'il s'agit sans aucun doute d'une étape importante dans l'histoire du Secrétariat général de l'organisation et des initiatives vitales du Royaume à l'appui de la mise en œuvre des décisions du Conseil ministériel, car c'est l'un des pays qui est toujours le premier et le premier à cet égard, soulignant que les directives des dirigeants du Royaume visent à activer les outils de l'action islamique conjointe d'une manière qui sert la charte de l'Organisation de la coopération islamique et ses objectifs. Soulignant que le Royaume s'achemine vers la mise en œuvre de ces résolutions, ses efforts s'unissent et il attend sans aucun doute avec impatience les efforts concertés et le mouvement entrepris par les autres États membres à cet égard.

À son tour, le sous-secrétaire général aux affaires politiques de l'Organisation de la coopération islamique, l'ambassadeur Youssef Al-Dubaie, a déclaré que le Secrétariat général de l'Organisation accueille favorablement toute nouvelle proposition concernant la conférence de médiation et le développement d'outils de travail en médiation.

Al-Dubaie a abordé les idées et les discussions les plus importantes de la conférence, faisant référence à cet égard à l'achèvement du réseau de médiateurs des États membres de l'Organisation de la coopération islamique, à l'utilisation du réseau de médiateurs pour envoyer des missions d'enquête , le développement de mécanismes d'alerte précoce aux niveaux national et régional, et l'appui à la création de centres spécialisés dans l'étude de la médiation et le renforcement des capacités.

Il a également souligné que la conférence s'est également conclue par la généralisation de la médiation dans la structure de l'Organisation de la coopération islamique guidée par les efforts de réforme globale de l'Organisation de la coopération islamique demandés par le Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz lors de son honorable présidence du 14e Sommet islamique tenu à Makkah Al-Mukarramah, et de poursuivre la discussion sur l'activation de la Cour islamique de justice, en particulier à la lumière des circonstances complexes, des défis de sécurité et des conflits, d'activer le groupe de contact sur la paix, de commencer les préparatifs pour la Cinquième Conférence de médiation et élargir le cercle des partenariats humanitaires. (UNA)

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules