SOCIETE


Antonio Guterres exhorte la communauté internationale à s’unir pur protéger les océans

Bakou, 28 juin, AZERTAC

Le Secrétaire général des Nations Unies a exhorté la communauté internationale à s'engager et à s'unir pour protéger et préserver les mers, ce lundi à Lisbonne, lors de la Conférence des Nations Unies sur les océans, selon le site officiel de l’ONU.

S'exprimant à l'ouverture de cette conférence, M. Guterres a formulé quatre recommandations visant à inverser le cours des choses. Parmi celles-ci, le chef de l'ONU a souligné le besoin urgent d'investir durablement dans les économies dépendant de la mer.

Soulignant que l'océan « nous reliait tous », le Secrétaire général a déclaré que, par complaisance, l'humanité était aujourd'hui confrontée à une « urgence océanique » et que le vent devait impérativement tourner.

« Notre incapacité à prendre soin de l'océan aura des répercussions sur l'ensemble du programme 2030 », a déclaré M. Guterres.

Lors de la dernière Conférence des Nations Unies sur les océans, il y a cinq ans à New York, les délégués avaient appelé à inverser le déclin de la santé des océans. Depuis lors, des progrès ont été réalisés, a soutenu le chef de l'ONU, avec de nouveaux traités en cours de négociation pour faire face à la crise mondiale des déchets plastiques, ainsi que des avancées scientifiques, conformément aux recommandations de la Décennie des Nations Unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030).

M. Guterres a exhorté les parties prenantes à investir dans des économies océaniques durables dans les secteurs de l'alimentaire, des énergies renouvelables et des moyens de subsistance, par le biais de financements à long terme. Il a rappelé que sur l'ensemble des 17 Objectifs de développement durable (ODD), le quatorzième, relatif à la conservation des océans, avait reçu le moins de soutien de tous les ODD. Or « la gestion durable des océans pourrait aider l'océan à produire jusqu'à six fois plus de nourriture et à générer 40 fois plus d'énergie renouvelable qu'il ne le fait actuellement », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU.

Le chef de l'ONU a également appelé à protéger davantage les océans et les personnes dont la vie et les moyens de subsistance en dépendent, en s'attaquant aux changements climatiques et en investissant dans des infrastructures côtières résistantes au climat.

« Le secteur du transport maritime devrait s'engager à ne produire aucune émission nette d'ici à 2050, et présenter des plans crédibles pour mettre en œuvre ces engagements. Et nous devrions investir davantage dans la restauration et la conservation des écosystèmes côtiers, tels que les mangroves, les zones humides et les récifs coralliens », a souligné M. Guterres.

Invitant tous les États membres à se joindre à l'initiative récemment lancée pour atteindre l'objectif d'un système global d'alerte précoce d'ici à cinq ans, M. Guterres a déclaré que cela permettrait d'atteindre les communautés côtières et ceux dont les moyens de subsistance dépendent des mesures de protection d'alerte précoce en mer.

« J'invite tout le monde à se joindre à l'objectif de cartographier 80% des fonds marins d'ici à 2030. J'encourage le secteur privé à rejoindre les partenariats soutenant la recherche océanique et la gestion durable. Et j'exhorte les gouvernements à élever leur niveau d'ambition pour le rétablissement de la bonne santé des océans ».

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules