SOCIETE


Collen Kelapile : Les effets néfastes de la pandémie ont servi de révélateur en exposant de nombreux défauts de nos sociétés

Bakou, 7 juillet, AZERTAC

Les effets néfastes de la pandémie ont « servi de révélateur en exposant de nombreux défauts de nos sociétés », tout en fournissant l'occasion de « rectifier nos modes de vie », a déclaré le Président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), Collen Kelapile, lors du forum annuel sur le développement qui a débuté mardi.

Exploiter les partenariats pour créer un monde de « paix et de prospérité » protégeant les populations et la planète, tel est le principal objectif du forum, a-t-il ajouté, adoptant un ton résolument optimiste.

Le haut fonctionnaire de l'ONU a exposé cinq raisons de son optimisme « contre toute attente », à commencer par les succès obtenus dans le contrôle de la pandémie de COVID-19, dans de nombreux pays.

Tout en reconnaissant ses effets néfastes sur les sociétés, les personnes et le programme de développement mondial, il a déclaré que la pandémie a également « servi de révélateur en exposant de nombreux défauts de nos sociétés ».

Elle a ainsi fourni l'occasion de « rectifier nos modes de vie... [et] d'améliorer la résilience de nos systèmes socio-économiques et de santé ».

M. Kelapile a mis en avant le « plan directeur » existant pour ancrer la reprise, à savoir le programme de développement durable à l'horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD).

Malgré la hausse de l'inflation, les perturbations majeures de la chaîne d'approvisionnement, les incertitudes politiques et l'endettement insoutenable des pays en développement - autant de facteurs qui ont ralenti l'économie mondiale - M. Kelapile a cité les dernières prévisions du rapport World Economic Situation and Prospects, qui tablent sur une croissance mondiale de 3,1%.

« Un bon nombre de pays institutionnalisent les mesures de protection sociale qu'ils ont mises en place pendant la pandémie... et [de nombreuses] organisations se tournent vers une économie respectueuse de la nature », a-t-il souligné.

Troisième raison d'espérer : bien que les pays n'aient pas atteint l'objectif de vacciner 70% de leur population contre le virus d'ici au mitan de cette année, « COVAX et le centre de transfert de technologies pour les vaccins à ARN peuvent nous aider à aller plus loin », a-t-il déclaré.

Outre leur potentiel en matière de couverture vaccinale mondiale, de protection des systèmes de santé et de réduction des risques liés aux nouveaux variants, le haut fonctionnaire de l'ONU a relevé un certain nombre de solutions économiques, financières et sociales existantes, et d'autres en cours de déploiement, notamment une augmentation des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (FMI), des actifs de réserve pouvant être échangés entre pays en contrepartie de liquidités ou d'espèces.

« Nous connaissons les défis et les solutions. Ce dont nous avons besoin, c'est de la détermination, du courage, de la confiance et de la solidarité pour les mettre en œuvre », a déclaré le chef de l'ECOSOC. (ONU)

 

 

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules