MONDE


Antonio Guterres : Attaquer une centrale nucléaire est suicidaire

Tokyo, 9 août, AZERTAC

Au 168ème jour du conflit en Ukraine, les Nations Unies sonnent de nouveau l'alarme après des bombardements sur le site de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia.

Lors d’une conférence de presse ce lundi à Tokyo au Japon, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a jugé inconcevable que des centrales nucléaires soient attaquées dans le cadre du conflit ukrainien. « Toute attaque contre des centrales nucléaires est une chose suicidaire », a dit M. Guterres.

Samedi, l’Agence internationale pour l’énergie atomique (IAEA) avait jugé « de plus en plus alarmantes » les informations en provenance de la centrale de Zaporijjia, dont l’un des réacteurs a dû être arrêté après l’attaque de vendredi.

« J’espère que ces attaques prendront fin. En même temps, j’espère que l’AIEA pourra accéder à la centrale (Zaporijjia) et exercer les compétences qui lui ont été confiées », a fait remarquer M. Guterres, rappelant « soutenir pleinement l’AIEA dans tous ses efforts pour créer les conditions de la stabilisation de cette centrale ».

L’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) avait jugé samedi « de plus en plus alarmant » les informations en provenance de la centrale de Zaporizhzhia, dont l’un des réacteurs a dû être arrêté après l’attaque de la veille. « L’Ukraine a informé l’AIEA que les bombardements avaient endommagé le système d’alimentation électrique externe de la centrale, mais que deux lignes électriques restaient opérationnelles », a affirmé samedi dans un communiqué Rafael Mariano Grossi, Directeur de l’AIEA.

L’ONU renouvelles ses offres de « bons offices pour promouvoir une solution pacifique »

Selon l’agence onusienne, ces frappes avaient également déclenché le système de protection d’urgence de l’un des trois réacteurs en service de la centrale. « Cette unité a été déconnectée du réseau à la suite des événements de vendredi, a précisé l’Ukraine », avait indiqué M. Grossi, relevant que ces frappes démontraient un « vrai risque de catastrophe nucléaire pouvant menacer la santé et l’environnement en Ukraine et au-delà ».

Au cours de ce point de presse au Japon, le Chef de l’ONU s’est également penché sur les autres défis du conflit ukrainien. En réponse à une question sur la prochaine mission de l’ONU dans cette guerre, M. Guterres a souligné qu’il existait « de nombreux autres problèmes dans lesquels les Nations Unies sont prêtes à intervenir ».

A ce sujet, il a insisté sur le rôle des agences humanitaires et leurs importantes opérations dans ce pays. Mais tous ces efforts sont conditionnés à long terme par une paix sur le terrain. « Nous sommes prêts à faire de la médiation sur toute question pratique dans laquelle nous pourrons aider à résoudre certains des problèmes, les problèmes en suspens, qui sont créés par le conflit, mais bien sûr l’objectif le plus important est la paix », a-t-il fait remarquer.

L’ONU est « toujours prête à utiliser les bons offices pour promouvoir une solution pacifique au conflit ukrainien », dans le respect de la Charte des Nations Unies et du droit international. (ONU)

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules