MONDE


L'Agence internationale de l'énergie revoit ses prévisions de la demande mondiale de pétrole à la hausse pour 2022

Bakou, 11 août, AZERTAC

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu ses prévisions de la demande mondiale de pétrole à la hausse, pour l’année 2022, de 380 000 barils/j à 2,1 millions de barils/j, avec l'augmentation de la consommation pétrolière pour la production d'électricité en Europe et au Moyen-Orient, selon l’Agence Anadolu.

L'AIE, dont le siège est à Paris, a fait savoir dans son rapport mensuel, rendu public ce jeudi, que la hausse des prix du gaz et celles des températures estivales stimulent l'utilisation du pétrole dans la production d'électricité.

L’Agence a estimé une hausse de la demande mondiale de pétrole à 99,7 millions de barils/j en 2022, cette tendance devrait aussi se maintenir pour l’année 2023 avec 101,8 millions de barils/j.

Les approvisionnements mondiaux en pétrole ont atteint leurs seuils les plus élevés après la pandémie de coronavirus, avec 100,5 millions de barils par jour au mois de juillet, avec la suspension des travaux de maintenance en mer du Nord, au Canada et au Kazakhstan, selon le rapport.

L'Alliance OPEP + a augmenté la production totale de pétrole de 530 000 barils/j le mois dernier, conformément aux objectifs d'augmentation de la production.

La production hors OPEP + a augmenté de 870 000 barils par jour, et l'offre mondiale de pétrole devrait augmenter d'un million de barils par jour d'ici la fin de l'année, d’après le même rapport.

"La demande exceptionnellement élevée de pétrole, qui est largement concentrée au Moyen-Orient et en Europe, cache une faiblesse relative dans d'autres secteurs représentés par la baisse de l'utilisation du carburant dans le transport routier dans les pays développés et les craintes de récession", a fait savoir l'AIE.

L’Agence a indiqué que l'engagement de l'Union européenne à réduire la consommation de gaz de 15 %, chez les États membres, au cours de la période allant du mois d'août au mois de mars 2023, augmentera la demande sur le pétrole de 300 000 barils par jour, au cours des six prochains trimestres.

La production de pétrole de la Russie devrait baisser de près de 20 % d'ici le début de l'année prochaine, avec l'entrée en vigueur de l'interdiction d'importation établie par l'Union européenne, a noté l’AIE.

L'Europe prévoit de cesser d'acheter du pétrole brut à la Russie à partir du 5 décembre prochain, pour tenter de tarir les sources de revenus servant à financer la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules