MONDE


Des Maliens détenus par des soldats français dans une prison secrète au nord du Mali

Des Maliens détenus par des soldats français dans une prison secrète au nord du Mali

Bakou, 4 janvier, AZERTAC

Les soldats français de l’opération Barkhane, ont détenus, en dehors de tout cadre, des dizaines de maliens dans une prison secrète installée au cœur de l’aéroport de Gao, au nord du Mali, indique l’Agence Anadolu.

Dans un livre à paraître jeudi, le journaliste Rémi Carayol, coanimateur d’Afrique XXI, confirme l’existence d’un lieu aménagé dans l’aile Ouest de l’aéroport, pour retenir les maliens suspectés de terrorisme, avant qu’ils ne soient remis aux autorités locales.

Intitulé « Le Mirage sahélien. La France en guerre en Afrique : Serval, Barkhane et après ? », l’ouvrage revient sur les procédés utilisés notamment par les soldats français.

Selon Afrique XXI, il détaille « les coups d’État de Bamako à Ouagadougou, en passant par N’Djamena, le départ précipité des soldats français basés au Mali et le rejet quasi systématique de la présence française dans tous les pays où son armée a été déployée dans le cadre de cette lutte antiterroriste ».

Dans un extrait dévoilé en exclusivité par le site d’information, le livre de Rémi Carayol relate des éléments troublants, relatifs aux pratiques de l’armée française.

« Au Mali, la force Barkhane a tué des innocents. Elle en a également incarcéré dans le plus grand secret : un nombre indéterminé de « suspects » ont été expédiés dans une prison clandestine située à l’intérieur de sa base principale à Gao. Le « château », comme on l’appelle… » peut-on lire dans le chapitre 8.

Il est par ailleurs précisé qu’officiellement « ce lieu de détention n’existe pas » mais que « les suspects arrêtés par les soldats français y sont pourtant gardés pendant plusieurs jours, parfois plusieurs semaines, dans le plus grand secret (peu de militaires y ont accès et le réseau téléphonique est brouillé à l’intérieur), et ils y sont interrogés, de jour comme de nuit, par des spécialistes du renseignement, avant d’être remis aux autorités maliennes ».

Si l’existence de ce lieu de privation de liberté a été révélée dès 2021 par Libération, rares sont les informations à avoir fuité à ce sujet.

Le journal affirmait alors que les soldats français de Barkhane ont retenu de manière presque systématique, des suspects arrêtés, parfois pendant plusieurs semaines avant qu’ils ne soient remis aux autorités maliennes.

« La Division des droits de l’homme de la Minusma (DDHP) et les associations maliennes de défense des droits humains s’irritent de n’avoir pas accès à ce lieu de détention. Plusieurs sources onusiennes m’ont affirmé que les enquêteurs de la DDHP interpellent régulièrement les représentants de la force Barkhane sur ce sujet lors de réunions à huis clos. En vain », mentionne Rémi Carayol dans son livre.

L’ouvrage, qui rappelle enfin que la France a une obligation légale d’assurer « un suivi des détenus qu’elle remet à Bamako », dévoile néanmoins qu’elle est loin de respecter son devoir.

« Qu’en faisaient-ils, les Maliens, après ? Je pense qu’ils étaient découpés au hachoir et passés à la moulinette, mais je dirais que ce n’est plus notre affaire », expliquait en 2019 un officier français à Florent Pouponneau, auteur de plusieurs livres.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules