ECONOMIE


L’Azerbaïdjan est prêt à la coopération énergétique avec le Brésil

A+ A

Bakou, 1er novembre, AEZRTAC

Le ministre azerbaïdjanais de l’Energie Natig Aliyev s’est entretenu ce mardi avec la délégation conduite Rodrigo Maia, président de la Chambre des députés du Congrès national brésilien, au sujet de la coopération énergétique entre les deux pays.

«Ce déplacement de Rodrigo Maia dans notre pays et les entretiens tenus en marge de cette visite donneront une impulsion au développement des relations azerbaïdjano-brésiliennes dans différents domaines. Je tiens à remercier le gouvernement brésilien pour son soutien politique aux différents niveaux. Le Brésil est un pays producteur de pétrole qui augmente sa production le plus rapidement au-delà de l’OPEC. Il existe de larges opportunités pour la coopération des deux pays dans le secteur pétro-gazier», a marqué N. Aliyev.

İl a informé la délégation brésilienne sur la stratégie de pétrole de l’Azerbaïdjan dont la base avait été jetée avec la signature de l’accord visant l’exploitation conjointe des gisements Azéri, Chirag et Gunachli. Selon lui, l’attirance des capitaux étrangers et l’environnement favorable créé dans le pays ont assuré l’augmentation de la production pétrolière.

«Au total 26 accords sur le pétrole ont été conclus jusqu’à présent avec les entreprises étrangères», a-t-il ajouté.

Les membres de la délégation brésilienne ont également été mis au courant des projets de grande envergure que l’Azerbaïdjan réalise pour l’exportation de ses ressources énergétiques, notamment le projet de corridor gazier Sud.

A son tour, Rodrigo Maia a noté que son pays avait un grand potentiel pétro-gazier et au cours des dernières années, le gouvernement brésilien poursuivait une politique d’ouverture de ses gisements pétro-gaziers aux entreprises étrangères. «De ce point de vue, on a besoin d’examiner les opportunités de coopération de la société Petrobras, principal opérateur d’un certain nombre de projets dans les grands gisements d'hydrocarbures du Brésil, avec la SOCAR», a-t-il précisé.

N. Aliyev a indiqué la nécessité d’évaluer les perspectives de la coopération Petrobras-SOCAR, ainsi que d’explorer les possibilités de réaliser cette collaboration dans un autre pays.

Enfin, ils ont échangé sur un certain nombre de questions d’intérêt mutuel.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules