POLITIQUE


Bahar Mouradova: «L’Azerbaïdjan ne permettra jamais la création d’un deuxième Etat arménien sur son territoire

A+ A

Bakou, 21 novembre, AZERTAC

L’Azerbaïdjan ne permettra jamais la création d’un deuxième Etat arménien sur son territoire, a déclaré Bahar Mouradova, vice-présidente du Milli Medjlis, en répondant à une question de journalistes concernant les récents propos du président arménien.

Elle a noté que la position de l'Azerbaïdjan sur cette question était claire. «L’Azerbaïdjan ne cédera jamais un pouce de son terrain. Le message de Serge Sarkissian ne peut être que son beau rêve. La communauté internationale n’autorisera pas la séparation des territoires de l’Azerbaïdjan et leur annexion à l’Arménie, ni l’indépendance de ces territoires. L’Azerbaïdjan combat ces principes et défend cette position lors des négociations avec l’Arménie. Si Sarkissian fait une telle déclaration, le président arménien doit déclarer clairement qu’il renonce aux négociations. Parce que les négociations sont menées autour de l’intégrité territoriale et l’inviolabilité des Etats. Les propos de Sarkissian sont en contradiction avec la nature des pourparlers. Compte tenu du fait que les ministres des Affaires étrangères se rencontreront bientôt et ils s’occuperont de la prochaine réunion des présidents, Sarkissian dévoile son intention de refuser cet entretien», a-t-il expliqué.

La vice-présidente du Milli Medjlis a souligné que l’Arménie agissait en recourant à la puissance des autres. «L’Azerbaïdjan ne compte que sur sa force et rétablira son intégrité territoriale. Les hostilités d’avril ont montré laquelle de ces parties est la plus puissante. Si l’Arménie continue à participer aux négociations en profitant de la puissance des pays membres de l’Union, cela ne conduira qu’à sa défaite. La situation économique et sociale de l’Arménie, l’état critique de son armée se sont faits voir lors des affrontements d’avril. Les déclarations faites ces jours-ci par les défenseurs des droits de l’homme prouvent que la société arménienne était elle aussi mécontente de l’aventure de la direction politique et rendait le régime de Sarkissian coupable de leurs problèmes. İl sera impossible de s’appuyer sur la puissance d’une quelconque union militaire afin de violer l’intégrité territoriale des Etats », a-t-elle martelé.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules