POLITIQUE


Des cours sur la politique d’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan pour les journalistes se sont achevés VIDEO

Bakou, 19 juin, AZERTAC

Des cours scientifiques, éducatifs et de sensibilisation au sujet de «Les revendications territoriales et les étapes de la politique d’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan» organisés par l’Association «Centre d’études sur le Karabagh» pour les journalistes se sont terminés lundi 19 juin.

Lors de la cérémonie de clôture, Eltchin Ahmadov, docteur en sciences politiques, directeur du Centre d’études sur le Karabagh, a fait une conférence au sujet de «Les revendications territoriales de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan à la fin des années 80 du XXe siècle et les conséquences de l’agression militaire».

Il a jeté un coup d’œil sur le développement du conflit, la politique de terrorisme et d’épuration ethnique des Arméniens, ainsi que les événements de Soumgaït qu’ils avaient planifiés par avance.

Puis, Ali Hassanov, adjoint du président de la République d’Azerbaïdjan pour les Affaires publiques et politiques, a fait un exposé sur le thème «La politique nationale de l’Azerbaïdjan destinée à régler le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh».

Ali Hassanov a noté que les principaux points de la politique que les Arméniens avaient menée contre les Azerbaïdjanais depuis plus de 200 ans, y compris la transmission des informations sur ces événements à la communauté internationale par le peuple azerbaïdjanais et la commémoration des victimes du génocide perpétré contre les Azerbaïdjanais étaient reflétés dans le décret signé par leader national Heydar Aliyev à l’égard de la politique d’épuration ethnique et génocidaire des Arméniens.

Quant à la situation actuelle concernant le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, le professeur A. Hassanov a fait savoir que la voix de la vérité et la position équitable de l’Azerbaïdjan avaient déjà été transmises à la communauté internationale. Pendant les années écoulées, notamment au cours des 10 dernières années, l’Azerbaïdjan, dirigé par le président Ilham Aliyev, a exprimé sa position concernant le règlement équitable du conflit au sein de toutes organisations internationales.

«D’abord, je voudrais souligner l’Organisation de la coopération islamique. Cette organisation reconnaît l’Arménie comme un Etat agresseur lors de tous ses sommets. Le Mouvement des Non-Alignés soutient lui aussi unanimement l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et le règlement de ce conflit dans le cadre de l’intégrité territoriale de notre pays. La plupart des autres organisations internationales, y compris le Conseil de l’Europe, l’OSCE, le Parlement européen ainsi que l’OTAN ont reconnu ce fait d’occupation. Malheureusement, ces organisations ne font aucune pression sérieuse sur l’Arménie pour qu’elle se retire de ces territoires», a estimé Ali Hassanov.

İl a fait savoir que les amis de l’Azerbaïdjan, de même que la Turquie, le Pakistan, l’Arabie saoudite et d’autres pays n’avaient aucun lien avec l’Arménie. En plus, plusieurs pays mondiaux, y compris environ 20 Etats américains ont reconnu le génocide de Khodjaly.

Quant à l’importance de ce genre de cours, A. Hassanov a dit que l’objectif principal était d’informer les journalistes azerbaïdjanais sur tous les détails de la politique d’épuration ethnique, d’agression et génocidaire que les Arméniens ont menée contre les Azerbaïdjanais depuis plus de 200 ans.

Enfin, des certificats ont été remis aux auditeurs.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules