CHRONIQUE OFFICIELLE


Le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a participé à une réception sur le thème «Le Caucase du Sud et l’Asie Centrale : chemin vers une économie globale» à Davos VIDEO

A+ A

Davos, 24 janvier (AZERTAC). Une réunion intitulée : «Le Caucase du Sud et l’Asie Centrale : chemin vers une économie globale» s’est tenue le 23 janvier à Davos.

Le Président de la République d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliev, était convié à la réunion. Le président-fondateur du Forum économique mondial de Davos, M. Klaus Schwab a prononcé un discours d’ouverture :

Monsieur le Président Ilham Aliev.

Monsieur le Commissaire Oettinger.

Mesdames et Messieurs.

Ce soir, nous avons organisé une réception consacrée au Caucase du Sud et à l’Asie Centrale. Votre présence personnelle à Davos augmente l’intérêt envers votre région. J’ai pu connaître vos points de vue politiques lors des entretiens que nous avons eu aujourd’hui. Je tiens à déclarer que je me suis rendu en Azerbaïdjan il y a un mois et qu’actuellement, nous travaillons sur un certain nombre de scénarios concernant le développement de votre pays. Ils sont déjà disponibles pour vous. Mais les travaux sont toujours en cours et nous allons vous les soumettre en août prochain. La présentation finale aura lieu avant la fin de l’année, voire au début de l’an prochain. Différents scénarios sont examinés. Nous sommes sûrs que le scénario le plus positif sera réalisé. Donc, je vous souhaite une agréable soirée et des discussions fructueuses.

Le Président Ilham Aliev prend la parole à la réception:

Je vous remercie. Tout d'abord, je tiens à remercier Monsieur Schwab pour l’organisation d’un tel événement consacré au Caucase du Sud et à l’Asie Centrale. Notre région attire actuellement l’attention du monde. La coopération régionale a été discutée lors d’une réunion organisée ce matin. En outre, le Forum de Davos, organisé en avril dernier à Bakou, traitait du même sujet. Vraiment, notre région se développe de façon dynamique et il y a un grand potentiel pour la coopération économique. A son tour, l’Azerbaïdjan joue un rôle clé pour le renforcement de la coopération, pour l’intégration du Caucase du Sud et de l’Asie Centrale. Je peux dire que c’est l’Azerbaïdjan qui a lancé la première initiative de rapprochement de la communauté internationale vers nos régions. Ceci est le début de notre politique énergétique.

Nous sommes parvenus à relier la mer Caspienne, mer Noire et mer Méditerranée par un réseau de pipelines. Aujourd'hui, l'Azerbaïdjan n'est pas seulement un fournisseur d'énergie, mais également un pays de transit. Les pays de l’Asie Centrale exportent leurs ressources naturelles par notre infrastructure. Ce projet a créé des conditions avantageuses pour les pays producteurs, exportateurs et de transit. Ce projet a été le début d’un nouvel projet mis en oeuvre par nous-mêmes. Je parle du projet de Chahdeniz 2, considéré comme la plus grande infrastructure de l’Europe. En décembre dernier, nous avons signé le document intitulé «Le contrat du XXIe siècle» d’une valeur de 25 milliards de dollars. Cette réalisation montre qu’on obtient des résultats positifs s’il y a une coopération étroite et sincère s’appuyant sur le soutien et l’intérêt réciproques.

Aujourd’hui nous œuvrons conjointement avec les Etats de l’Asie centrale pour la mise en place d’un réseau des transports. Nous travaillons également sur un projet important de chemin de fer qui reliera l’Asie Centrale à l’Europe via l’Azerbaïdjan. C’est en fait la Route de la Soie allant depuis la Chine jusqu’en Grande-Bretagne et j’espère qu’elle sera déjà mise en service l’année prochaine. Tout cela constitue les signes positifs de la coopération régionale.

Bien sûr, le domaine politique joue aussi un rôle important. Les Etats de la région ont fait, 22 ans avant, partie d’un pays uni. Nous avons des relations historiques, mais je suis convaincu que chaque pays récolte les fruits de son indépendance. Nous n’avons pas seulement obtenu l’indépendance. Nous avons changé le système. Les réussites de nos pays manifestent d’une manière évidente les avantages de l’économie de marché et du développement politique indépendant. Par exemple, 22 ans avant la part du secteur privé dans le PIB constituait 0 %, mais aujourd’hui ce chiffre constitue 85 %.

La politique menée pour la transformation politique et économique et le transfert des investissements a été réussie. Aujourd’hui l’Azerbaïdjan investit déjà dans les pays étrangers. Tout cela s’est produit dans un délai court. Notre région est considérée aujourd’hui comme un espace possédant un potentiel gigantesque, un développement dynamique et un grand capital humain. Il y a un grand potentiel de développement dans cette affaire et nos indicateurs sont au-dessus des indicateurs moyens mondiaux.

Quant à l’Azerbaïdjan, nous orientons à présent notre attention vers la diversification de notre économie. L’année dernière la croissance du produit intérieur brut a constitué environs 10 % dans le secteur non pétrolier et j’espère que le même rythme de développement sera assuré pendant les dix prochaines années.

Je dois aussi noter que l’Azerbaïdjan bénéficie d’une économie qui se développe rapidement. Durant les dix dernières années notre économie s’est accrue de 3 fois et l’Azerbaïdjan s’est positionné, pour sa compétitivité économique, à la 39e place selon le classement du «Forum économique mondial de Davos». Cela a pu se réaliser essentiellement grâce à la gestion des réformes et des ressources naturelles, au réinvestissement au capital humain, à l’infrastructure et à l’amélioration du climat d’affaires.

Je remercie encore une fois le professeur Schwab et le Forum économique mondial pour l’intérêt et le soutien réservé à notre région. C’est ma huitième visite à Davos et cela a été utile pour faire connaître l’Azerbaïdjan et établir des liens. Les liens que nous avons établis pendant les années passées contribuent aujourd’hui au développement de l’industrie spatiale, des technologies de l’information et de la communication et d’autres domaines.

Une fois de plus je vous remercie et j’espère que ce sujet demeurera au centre de votre attention à l’avenir.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes