CHRONIQUE OFFICIELLE


Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a accordé une interview à la chaîne de télévision Euronews VIDEO

A+ A

Bakou, 10 mars, AZERTAC

Jeudi 10 mars, à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la quatrième édition du Forum global de Bakou, le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a accordé une interview à la chaîne de télévision Euronews.

- Le journaliste : «Monsieur le Président, combien il est important pour un pays producteur de pétrole et de gaz comme l’Azerbaïdjan de diversifier l’économie, de changer le modèle d’affaires?»

- Le Président Ilham Aliyev : «En fait, nous travaillons sur la diversification de l’économie depuis plusieurs années. Mais à présent où le prix du pétrole est très bas, cela est devenu une priorité. Nous avons réussi à réduire notre dépendance au pétrole et au gaz. Actuellement, le pétrole et le gaz ne constituent que 30% de notre PIB. Cependant, notre objectif est de créer un modèle de développement qui ne dépendra pas des prix du pétrole et ce processus est déjà en cours. A présent, nous offrons un ensemble de réformes couvrant le développement des secteurs non pétroliers de même que l’agriculture, les technologies de l’information, le tourisme et d’autres domaines soutenus par le Fonds monétaire international. Par conséquent, je suis convaincu que la dépendance de l’Azerbaïdjan au pétrole sera diminuée dans les années à venir».

-Le journaliste : «Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par l’effet du pétrole et des prix du pétrole sur la sécurité globale, notamment la sécurité au Proche Orient ?»

Le président Ilham Aliyev : «Nous ne voyons pas un lien direct entre la chute des cours du pétrole et la sécurité globale. Mais bien sûr, si les prix du pétrole restent bas dans une perspective à long terme, ça peut entraîner certains problèmes, les défis sociaux et économiques. Parce que certains pays sont habitués à tirer du bénéfice du pétrole. C’est pour cette raison que si les revenus pétroliers sont diminués, cela peut aboutir à des compressions budgétaires. Je pense que l’objectif de chaque pays producteur de pétrole consiste à réduire la dépendance au pétrole, à investir dans les innovations, l’éducation et les technologies modernes, à réaliser d’autres projets que ceux pétroliers et gazier. S’ils se produisent, je crois que la sécurité régionale sera assurée dans la région».

Le journaliste : Merci beaucoup.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes