POLITIQUE


Un symposium d’affaires se tient en marge du 7e Forum global VIDEO

A+ A

Bakou, 25 avril, AZERTAC

Un symposium d’affaires s’est tenu aujourd’hui au Centre des congrès de Bakou en marge du 7e Forum global de l’Alliance des civilisations des Nations Unies.

Les discussions du symposium se sont penchées sur les réformes économiques réalisées ces derniers temps en Azerbaïdjan, les projets régionaux mis en œuvre, l’élimination de la pauvreté, l’organisation de l’emploi et d’autres questions importantes.

Le ministre azerbaïdjanais de l’Economie, Chahin Moustafayev, est intervenu lors du symposium. Il a déclaré que la proclamation de 2016 Année du multiculturalisme en Azerbaïdjan, un pays où les gens vivaient en harmonie depuis des siècles, indépendamment de leur origine nationale, religieuse et raciale, et qui se distinguait par ses traditions de tolérance, manifestait une fois de plus la fidélité de l’Azerbaïdjan à ces valeurs universelles. «A ce titre, je crois que la tenue en Azerbaïdjan du 7e Forum global de l’Alliance des civilisations des Nations Unies n’est pas un hasard», a-t-il estimé.

Le ministre a parlé du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, le plus grand problème du Caucase du Sud, précisant que suite à ce conflit 20 pour cent du territoire de l’Azerbaïdjan avaient été occupés par l’Arménie et plus d’un million d’Azerbaïdjanais étaient devenus réfugiés et personnes déplacées. «Donc, l’Azerbaïdjan comprend nettement à quel point ce problème est douloureux et quels efforts énormes sa solution nécessite», a indiqué Chahin Moustafayev.

Le Haut-Représentant des Nations Unies pour l’Alliance des civilisations, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, est intervenu lui aussi lors du symposium. Il a dit que l’élimination des problèmes économiques globaux et de la pauvreté n’est pas possible par les efforts d’un seul pays. Pour le faire, il faut lutter ensemble. Nous devons faire tout notre possible pour réaliser le programme pour le développement.

Quant au problème des migrations, le Haut-Représentant de l’ONU pour l’Alliance des civilisations a dit que c’était, après la Deuxième Guerre mondiale, l’un des problèmes les plus importants auxquels le monde s’était heurté, estimant qu’il ne fallait pas retarder sa solution et les guerres devaient s’arrêter. Les problèmes politiques et économiques croissants dans le monde devaient trouver leur solution.

Le Haut-Représentant a souligné qu’on devait réaliser ensemble le Programme de développement pour l’après-2025. La solution positive de cette affaire donnera de l’élan à la formation des sociétés inclusives.

Ensuite, le symposium s’est poursuivi avec des discussions.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules