ACTUALITES OFFICIELLES


Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev s’adresse à la nation VIDEO

Bakou, 20 octobre, AZERTAC

Le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, s’est adressé à la nation mardi 20 octobre.

Adresse à la nation du président Ilham Aliyev

- Chers compatriotes. L'armée azerbaïdjanaise victorieuse remporte de nouvelles victoires sur le champ de bataille. Ces victoires font le bonheur de chaque citoyen azerbaïdjanais. L'ennemi, qui occupe nos terres depuis près de 30 ans, voit la force de l'armée azerbaïdjanaise sur le champ de bataille. Nous nous battons sur nos propres terres, défendons notre propre territoire et nous continuerons de chasser les envahisseurs de nos terres.

Nos gens attendent avec impatience des nouvelles du champ de bataille et de la ligne de front. Je suis très heureux. Je suis une personne très chanceuse de pouvoir transmettre cette bonne nouvelle au peuple azerbaïdjanais. La libération de chaque village, de chaque ville et de chaque hauteur stratégique exige un grand professionnalisme, du courage, de la bravoure et de l'héroïsme. Nos militaires deviennent des martyrs. Que les âmes de tous nos martyrs reposent en paix ! Nos martyrs vivront toujours dans nos cœurs. Nos militaires sont blessés sur le champ de bataille. Qu'Allah accorde un prompt rétablissement à tous nos soldats blessés ! Dans le même temps, l'ennemi détesté tire constamment sur nos localités. Chaque jour, nos villes et nos villages situés le long de la ligne de front sont sous les tirs de l'ennemi détesté. La région de Terter est particulièrement soumise à des tirs. Au même moment, l'ennemi tire sur Aghdam, Goranboy, Aghdjabédi, Berdé, d'autres villes et régions. À la suite de l’odieux bombardement de la ville de Gandja, des civils ont été tués - enfants, femmes, personnes âgées. Mais cela n'a pas d'importance pour l'ennemi. Il n'y a aucune différence pour eux. Ils sont vaincus sur le champ de bataille, ils sont incapables de résister face à l'armée azerbaïdjanaise et de commettent des crimes contre la population civile devant le monde entier pour nous arrêter et nous faire souffrir. Le monde entier voit de quel ennemi odieux et sauvage l'Azerbaïdjan libère ses terres natales. Pendant 30 ans, ils se sont installés sur nos terres et ont essayé de nous défier. Pendant 30 ans, ils ont exploité nos terres, exploité nos ressources naturelles. Le vol et le pillage sont leurs caractéristiques. Il suffit de regarder les villages et les villes détruits pour voir à quels sauvages nous sommes confrontés. Il n'y a pas un seul bâtiment à rester debout dans les terres occupées et déjà libérées. Tous les bâtiments ont été détruits et pillés. Nos sites historiques, mosquées et tombes ont été détruits, pillés et profanés. Ils pensaient que le peuple azerbaïdjanais tolérerait cette situation. Ils pensaient que ces terres seraient occupées pour toujours. Ils ont changé les noms de nos villes, changé les frontières de nos districts, changé les noms de nos villages, ont voulu arméniser nos terres mais n'ont pas pu y parvenir. Ils ne pouvaient pas briser la volonté du peuple azerbaïdjanais.

Chaque Azerbaïdjanais qui n'a pas vu sa terre natale, qui est né après l'occupation a vécu avec le désir de revenir sur ces terres. Nous l'avons vu dans l'exemple de Djodjoug Merdjanly. Jeunes nés après l'occupation, chacun d'eux nourrissait le rêve de retourner à Djodjoug Merdjanly. Je suis convaincu que les citoyens azerbaïdjanais retourneront sur toutes les terres libérées de l’occupation. Ils vivront à nouveau sur ces terres et y construiront dans la paix et la tranquillité - tout comme le patrimoine culturel du peuple azerbaïdjanais a été créé dans toutes les terres autrefois occupées. Mais l'ennemi détesté voulait détruire ce patrimoine, a détruit nos mosquées. Lorsque nous avons construit une mosquée similaire à la mosquée Choucha dans le village de Djodjug Merdjanly et que nous l'avons inaugurée, j'ai dit qu'ils ont peut-être détruit les bâtiments des mosquées mais que ces mosquées vivent dans nos cœurs, et qu'un jour toutes nos mosquées détruites seront restaurées, toutes nos villes et villages seront restaurés. Nous sommes au seuil du grand retour et l'État azerbaïdjanais fera de son mieux pour que les citoyens azerbaïdjanais retournent dans les terres occupées et libérées et y vivent dans la paix et la tranquillité. Ces terres connaîtront un renouveau.

Nos PDI ont vécu un rêve durant toutes ces années bien que beaucoup d'entre elles aient des conditions merveilleuses. Comme vous le savez, cette année seulement, nous prévoyons de fournir 7 000 appartements aux personnes déplacées. Plus de 300 000 PDI ont reçu des maisons et appartements. Ils nous sont reconnaissants pour ces soins, ils ont exprimé leur gratitude lors de nos nombreuses rencontres. Mais en même temps, je savais et ils m'ont demandé de les aider à retourner dans leur terre natale. Ils ont compris que c'était une question difficile, ils étaient parfaitement conscients que cela nécessitait certaines conditions géopolitiques. Ils ont cru en moi et je leur ai dit que nous assurerions leur retour dans ces terres. Je leur ai dit que je savais quoi, quand et comment faire. La confiance que les gens ont placée en moi nous a permis de résoudre ce problème. Je déclare à nouveau que je tiens toutes les promesses que je fais. Je reste fidèle à toutes les promesses que je fais. Le principal objectif de mon activité en tant que Président est le retour des terres azerbaïdjanaises occupées, la restauration de l'intégrité territoriale et nous le faisons aujourd'hui sur le champ de bataille.

Les négociations n'ont donné aucun résultat pendant près de 30 ans. Les fortifications construites par l'Arménie dans les territoires occupés montrent qu'elle n'avait pas l'intention de céder ces terres. Ils nous ont tout simplement trompés, nous et les médiateurs internationaux. Ils attendaient simplement l'heure, tout en procédant à la colonisation illégale des territoires occupés. Ils ont installé des milliers de personnes dans la ville de Latchine, des milliers d'autres à Kelbédjer. Ils vivaient dans nos villages que nous avons libérés aujourd'hui - à Fouzuli, Djabraïl et les autres régions. La plupart de ces villages sont détruits, mais dans certaines maisons, ils vivaient sur nos terres. Après avoir effectué un nettoyage ethnique contre la population azerbaïdjanaise, commis un génocide contre les Azerbaïdjanais et expulsé nos citoyens de leurs terres natales, ils ont organisé un « référendum », ce qui est totalement contraire à la morale humaine, aux lois et au droit international. Personne ne reconnaît la soi-disant république du Haut-Karabagh. Maintenant, ils essaient d'amener les pays du monde à reconnaître la soi-disant entité criminelle. Ils ont perdu la raison. Ils ne comprennent pas que personne ne le fera. Ils ne comprennent pas que chaque pays qui le fait ne peut plus être considéré comme un pays ami pour l’Azerbaïdjan. De plus, nous allons rompre tous les liens avec ce pays. Ils ont perdu la raison. Ils essaient de rétablir le statu quo maintenant. J'ai dit qu'il n'y avait pas de statu quo. Nous avons détruit le statu quo et nous avons fait ce qui est juste. Nous attendons depuis environ 30 ans. Il y a dix ans, le statu quo a été déclaré inacceptable au niveau des coprésidents du Groupe de Minsk et de leurs présidents. Nous l'avons également soutenu, nous l'avons aimé, nous avions de grands espoirs, puis certains progrès à la table des négociations ont fait naître l’espoir chez nous. Mais l'ennemi détesté nous a tout simplement trompés ainsi que la communauté internationale. C'est un manque de respect pour les médiateurs internationaux.

Nous avons changé le statu quo en faisant preuve de force sur le champ de bataille. Je l'avais dit avant ces affrontements, je l'avais dit plusieurs fois. Malheureusement, le droit international ne fonctionne pas dans les relations internationales. Si c'était le cas, quatre résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU auraient été mises en œuvre longtemps avant. Nous avons attendu 20 ans pour que ces résolutions soient appliquées. Elles sont simplement restées lettres mortes. Pourquoi ? Parce qu'il n'y avait pas de volonté politique, il n'y avait pas de mécanisme pour la mise en œuvre de ces résolutions. L'ennemi détesté pensait qu'il pouvait continuer à les ignorer, qu'il continuerait de bafouer le droit international, qu'il pouvait continuer à commettre ses actions viles sur nos terres. Nous les avons forcés. Notre poing n’est pas là seulement pour briser la tête de l’ennemi. C’est un poing d'unité, qui provient de l'unité de notre peuple, des activités ciblées, de l'adoption de décisions et de résolutions au niveau international qui nous soutiennent et reflètent la justice.

Dans certains cas, j'ai vu avant ces événements que les citoyens azerbaïdjanais, y compris les déplacés internes, pensaient que ces succès diplomatiques étaient certainement importants mais ils n'apportaient pas de solution. Je leur ai toujours expliqué que c'était un problème qui devait être résolu dans le cadre du droit international. Par conséquent, nous devons travailler avec toutes les principales organisations internationales pour élargir le cadre juridique permettant de régler ce conflit. Les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU n'ont pas fonctionné. Nous avons fait de grands efforts, l'Assemblée générale des Nations Unies, le Mouvement des pays non-alignés, le Conseil de l'Europe, le Parlement européen, l'Organisation de la coopération islamique et d'autres organisations ont adopté des résolutions. Le document que nous avons paraphé avec l'Union européenne soutient également l'inviolabilité de nos frontières, notre souveraineté et l'intégrité territoriale de notre pays. Telle est la base pour régler ce conflit. C’est pourquoi les dirigeants arméniens, agissant comme un mendiant, comme un insensé - je suis désolé mais ils sont dignes de n’importe quel nom - envoient des lettres à toutes les organisations internationales jour et nuit, font des déclarations et demandent pourquoi ils restent silencieux. Pourquoi devraient-ils s'exprimer ? Ils ont déjà adopté ces résolutions et décisions et l'Azerbaïdjan mène des opérations militaires sur son territoire reconnu par la communauté internationale. Nous n’effectuons aucune opération sur le territoire de l’Arménie - nous n’avons pas de tels plans - bien qu’ils aient bombardé Gandja à deux reprises depuis le territoire de l’Arménie. Nous ne leur avons pas répondu de la même manière. Nous avons répondu sur le champ de bataille. J'ai dit que nous nous vengerions d'eux sur le champ de bataille. Nous vengerons le sang de nos martyrs. L'objectif principal de notre activité au sein des organisations internationales était d'améliorer et d'élargir ce cadre juridique et nous avons pu y parvenir.

Par conséquent, les dirigeants arméniens doivent réfléchir attentivement. Ils sont déjà à genoux. Nous les avons mis à genoux. Nous leur avons montré la place qu'ils méritent. Nous les chasserons de nos terres ! Nous allons les chasser ! De bonnes nouvelles arrivent tous les jours. Chaque jour, notre drapeau est hissé dans une nouvelle localité. C'est la puissance de l'Etat azerbaïdjanais, du peuple azerbaïdjanais. Depuis 30 ans, les dirigeants arméniens répandent des mythes sur une « armée forte », des mythes sur une « armée arménienne invincible ». Où est cette « armée arménienne invincible » ? Regardez comment elle fuit le champ de bataille. C'était tout un mythe, c'était tout un mensonge. Nous l'avons démontré. Ils nous ont insultés pendant 30 ans. Depuis 30 ans, ils détruisent nos sites dans les territoires occupés et tentent d'effacer notre patrimoine historique et culturel. Pourquoi la communauté internationale n’a-t-elle pas imposé de sanctions à l’État agresseur pendant 30 ans ? J'ai répété à plusieurs reprises que des sanctions devaient être imposées. Ce pays, les dirigeants de ce pays ne veulent pas se retirer de ces terres de leur plein gré. Ils nous trompent, imitent un processus de négociation. Ils ne sont pas dignes de confiance et j'avais raison. Regardez les fortifications qu'ils ont construites là-bas. Un pays qui construit de telles fortifications, un pays qui y dépense tant d’argent s’en retira-t-il un jour ? S'ils voulaient le faire, ils ne les auraient pas construits. Donc, chaque mot qu'ils disent est un mensonge. Aujourd'hui, les dirigeants de leur État répandent sans cesse des mensonges et des inventions sur l'Azerbaïdjan et les événements sur le champ de bataille - comme si quelqu'un se battait pour nous. Le peuple azerbaïdjanais, la jeunesse azerbaïdjanaise, les soldats azerbaïdjanais leur donnent une leçon. Nous nous battons seuls et tout le monde le sait. Ils ne peuvent pas l’accepter parce que leur mythe est en train de s'effondrer, le mythe qui a formé la base de leur idéologie. Ils ont menti à propos de l'histoire. Malheureusement, ils ont réussi à convaincre de nombreux pays de leurs mensonges historiques. Les mensonges sur Khodjaly - comme si l'Azerbaïdjan avait commis lui-même le génocide de Khodjaly. Concernant le bombardement de Gandja, leurs responsables ont fait une fausse déclaration selon laquelle l'Arménie n'avait pas organisé le tir de roquettes. Ils n'ont ni conscience ni moralité. Ils n’ont même pas de cerveau. S'ils en avaient, ils diraient : regardez, c'est le point de départ et la trajectoire de ce missile balistique. Il peut être suivi par les principaux pays du monde, d'où il a été tiré et où il a touché. Les missiles balistiques sont programmés avec une mission de combat. Il n'est pas tombé accidentellement dans ce quartier résidentiel pendant la nuit. Cela a été fait délibérément. Ils ont perdu la raison. Ils veulent continuer à tromper le monde. Qui d'autre a tiré cette roquette sur Gandja ? Nous l’avons tiré sur nous-mêmes ? Tout comme ils ont menti sur le fait que le génocide de Khodjaly avait été commis par l'Azerbaïdjan lui-même, ils mentent à nouveau maintenant. Le Premier ministre ment au monde entier. Il ment dans toutes ses interviews. Nous continuerons à expulser ces menteurs. Ils voient maintenant de quel bois nous nous chauffons. Ils voient que nous leur donnons une leçon qu'ils n'oublieront jamais. Maintenant, ils demandent de l'aide. Alors, où est votre «armée victorieuse»? Où est votre «armée invincible»? Le Premier ministre arménien, ivre, dansait dans notre plaine sacrée de Djydyr. Il aurait dû penser que cette insulte affecterait le peuple azerbaïdjanais ? Il pensait que personne ne les toucherait. Il pensait que tous les pays continueraient à les défendre, les Arméniens du monde, les lobbies arméniens et certains de leurs pays amis. C'est pourquoi ils se sont égarés, c'est pourquoi ils sont devenus impudents. Nous leur avons montré leur place, nous leur avons assené des coups si forts qu'ils ont peu de chances de se remettre. Nous avons presque détruit leur armée, leurs matériels. Ils prennent la fuite. Et ils continueront à s’enfuir.

Bref, notre supériorité sur le champ de bataille n'est plus un secret. Nous sommes sur la bonne voie. Notre cause est celle de la justice. Nous nous battons sur nos propres terres, au prix du sang de nos martyrs et pour la restauration de notre intégrité territoriale. Ces mesures se poursuivront. L’Arménie doit déclarer avant qu’il ne soit trop tard qu’elle se retire des territoires occupés. Et après, les combats peuvent cesser.

Chaque fois que je m'adresse à ma nation, j'apporte de bonnes nouvelles. En même temps, presque tous les jours, je mentionne les noms des villages et villes libérés de l'occupation sur mon compte Twitter. Je sais que le peuple azerbaïdjanais attend cette nouvelle tous les jours ! Chaque jour et chaque heure, les gens attendent que cette nouvelle arrive. Mais je veux que mon cher peuple sache que la libération de chaque village et de chaque hauteur demande un grand courage. Car non seulement les fortifications qui y sont construites mais aussi le paysage militaire des territoires libérés sont plus favorables aux Arméniens. Nous combattons leurs fortifications, leurs canons et missiles, ainsi que le paysage naturel. Nous libérons nos terres petit à petit des occupants. C'est très difficile.

Un jour viendra où nous vous fournirons des informations détaillées à ce sujet. Je suis sûr que le peuple azerbaïdjanais comprend que nous disons tout ce qui est possible aujourd'hui. Les combats se poursuivent et nous voulons que ces combats prennent fin et que notre intégrité territoriale soit bientôt rétablie. Par conséquent, je pense que le volume d'informations fournies au public azerbaïdjanais est suffisant.

Fidèle à cette belle tradition, je voudrais partager de nouvelles informations avec le peuple azerbaïdjanais. Je partagerai avec ma chère nation des informations sur les matériels militaires détruits et pris comme butin à l'ennemi.

Donc, 241 chars ennemis ont été détruits, 39 chars ont été pris comme butin de guerre - soit un total de 280 chars. Cependant, il y a encore plus de chars, à la fois dans les territoires occupés et en Arménie. D’où obtiennent-ils autant de chars ? Cela contredit les conventions internationales régissant tout cela. Pourquoi les institutions censées surveiller ces conventions n'ont-elles pas prêté attention à cela ? On dit que 241 chars ont été détruits - nous organiserons leur manifestation plus tard - et 39 chars ont été saisis en bon état. Nos soldats sont installés dans ces chars et tirent sur l'ennemi avec leurs propres chars.

Cinquante véhicules de combat d'infanterie ont été détruits et 24 ont été pris comme butin et sont entre nos mains. Dix-sept pièces d'artillerie automotrices ont été détruites, 198 pièces d'artillerie ont été détruites, 58 mortiers ont été détruits, 12 mortiers ont été pris comme butin, 25 lance-grenades ont été saisis comme butin militaire, 53 véhicules antichar ont été détruits, 70 lance-roquettes multiples Grad ont été détruites, deux lance-roquettes multiples Ouragan et 2 autres lance-roquettes multiples ont été détruits, un TOS a été détruit, quatre systèmes de missiles anti-aériens «S-300» ont été détruits. La dernière fois que j'ai partagé cette information avec le public azerbaïdjanais, nous avions détruit deux systèmes de missiles anti-aériens «S-300». À ce jour, nous en avons détruit quatre. Le coût de chaque système est bien connu. Ce sont des matériels militaires très chers. Trois systèmes de missiles anti-aériens «TOR» ont été détruits. Une quarantaine de systèmes de missiles anti-aériens «OSA» ont été détruits. Cinq systèmes de missiles antiaériens «Kub» et «Krug» ont été détruits. Six véhicules aériens sans pilote, deux systèmes de missiles opérationnels et tactiques Elbrus, un missile balistique, un missile Tochka-U, huit moyens de combat radioélectroniques ont été détruits, 198 camions ont été détruits, dont 15 remplis de munitions, 102 camions ont été pris comme butin de guerre. Nous continuerons de détruire les matériels militaires de l'ennemi. Tout ce qu'il leur reste sera également détruit.

Et maintenant, je suis très fier d'annoncer la libération de nos localités que mon cher peuple attend avec impatience.

La région de Fuzouli - noms des villages libérés : Dördtchinar, Kurdler, Youkhari Abdurrahmanly, Garghabazar, Achaghy Veyselli, Youkhari Aïbassanly.

La région de Djabraïl - villages libérés: Safarcha, Hassangaïdy, Foughanly, Imambaghy, Dach Veyselli, Aghtépé, Yarahmadli.

La région de Khodjavend - localités libérées : Aghdjakend, Mulkudéré, Dachbachy, Gunechli (l'ancien nom du village de Gunechli était Norachen), Veng. Je renomme ce village d’un nom azerbaïdjanais. Désormais, le village de Veng s'appelle Tchinarly. Béni soit son nom !

La région de Zenguilan. La glorieuse armée azerbaïdjanaise est également entrée sur le territoire de la région de Zenguilan et a libéré des villages. Les localités libérées sur le territoire de la région de Zenguilan : village de Havaly, village de Zernéli, village de Mammadbeyli, village de Hékéri, village de Chérifan, village de Moughanly et ville de Zenguilan ! Zenguilan est à nous ! Le Karabagh est à nous !

Mon cher peuple, chers habitants de Zenguilan, Fuzouli, Khodjavend, Djabraïl et des autres régions occupées. Nous remplissons notre mission. Nous donnons une réponse digne à l'ennemi. Nous punissons l'ennemi. L'ennemi est impuissant. Nous accablons l'ennemi et nous continuerons de le faire !

Le Karabagh est à nous ! Vive l'Azerbaïdjan ! Vive le peuple azerbaïdjanais !

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter