SOCIETE


Le premier accord mondial sur les conditions de travail et les droits des joueurs de football professionnels

Bakou, 27 septembre, AZERTAC

Le premier accord mondial de l’Organisation internationale du Travail (OIT) reconnaît l'importance du dialogue social pour améliorer les droits et les conditions de travail des joueurs et joueuses de football professionnels.

L'accord crée un nouveau cadre de négociation international entre le World Leagues Forum (WLF), qui représente 44 ligues nationales de football professionnel comprenant quelque 1 100 clubs, et la FIFPRO, qui représente plus de 60 000 footballeurs professionnels en tant qu'employés de l'industrie internationale du football, par le biais de 66 syndicats nationaux de joueurs en Afrique, dans les Amériques, en Asie, en Europe et en Océanie, selon le site officiel de l’OIT.

La cérémonie de signature s'est déroulée en présence du Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

En tant que représentants des employeurs et des employés au niveau mondial, les signataires de l'accord acceptent de prendre davantage de responsabilités pour trouver des solutions collectives aux défis auxquels est confrontée l'industrie du football.

L'Accord Mondial du Travail reconnaît que des normes convenues collectivement amélioreront les relations de travail dans le football professionnel et contribueront à sa viabilité et à sa croissance. L'accord fournira une plate-forme pour discuter des règles de protection de la santé et de la sécurité des joueurs et un engagement à améliorer la représentation et la participation des ligues nationales, de leurs clubs membres et des syndicats de joueurs.

L'accord reconnaît également la nécessité d'une plus grande représentation et d'une meilleure prise en compte du football féminin - y compris sur les questions liées aux compétitions nationales, aux clubs et aux joueurs.

Les négociations peuvent également porter sur des questions telles que les normes d'emploi, la gestion des commotions cérébrales, les mesures visant à lutter contre la discrimination et le racisme en ligne et hors ligne, et d'autres formes d'abus.

Dans le cadre de l'AMT, il peut être demandé à l'OIT de fournir des conseils dans les domaines où elle est compétente, y compris dans la mise en œuvre de l'accord.

Les signataires de l'accord étaient menés par David Aganzo, président de la FIFPRO, et Enrique Bonilla, président du Forum mondial des ligues. S'exprimant lors de la cérémonie de signature, au siège de l'OIT à Genève, le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder, a déclaré : « Le football a le pouvoir d'inspirer et d'unir les gens de toutes les nationalités et de tous les milieux, indépendamment de leur sexe et de leur origine ethnique. Les footballeurs, quel que soit le type de relation d'emploi, ont besoin d’être protégés par les principes et droits fondamentaux au travail. Des organisations d'employeurs et de travailleurs libres, indépendantes, fortes et représentatives, ainsi que la confiance, l'engagement et le respect par les gouvernements de l'autonomie des partenaires sociaux sont des conditions essentielles pour un dialogue social efficace dans le football ».

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules