POLITIQUE


Célébration du 95e anniversaire de la naissance du leader national Heydar Aliyev à Paris

Paris, 11 mai, AZERTAC

Une cérémonie consacrée au 95e anniversaire de la naissance du leader national Heydar Aliyev a eu lieu au Centre culturel azerbaïdjanais à Paris.

Des informations détaillées sur la vie et l’activité politique du leader national ont été fournies lors de la cérémonie organisée par l’ambassade d’Azerbaïdjan en France et l’Association Dialogue franco-azerbaïdjanais.

Étant intervenu, l’ambassadeur d’Azerbaïdjan en France Rahman Moustafayev a souligné qu’Heydar Aliyev était l’auteur de la ligne politique assurant le développement politique, économique, juridique, socio-culturel de l’Azerbaïdjan et de la stratégie de développement national. «Le président russe Vladimir Poutine avait appelé Heydar Aliyev le géant politique. Plongé dans la crise et étant au bord de la guerre civile, l’Azerbaïdjan n’a été sauvé que grâce à la sagesse du leader national. Les principes d’Heydar Aliyev constituent la base des succès et de la stabilité de la jeune république. Le Contrat du siècle, triomphe de la stratégie pétrolière du leader national, a contribué non seulement à l’Azerbaïdjan, mais aussi à l’ensemble de la région», a estimé le diplomate.

Il a également abordé les relations équilibrées de l’Azerbaïdjan, situé dans une région complexe, avec tous les pays.

Alexandre Adler, historien, expert géopolitique, analyste, éditorialiste français, a noté qu’Heydar Aliyev était le symbole et le fondateur de l’Azerbaïdjan indépendant, souverain et moderne. Il a fait savoir qu’en 1993, quand l’Azerbaïdjan avait été confronté à un dilemme, Heydar Aliyev était arrivé au pouvoir et avait sauvé ce pays. C’est grâce à la sagesse du leader national que l’Azerbaïdjan a trouvé sa place sur la scène internationale et a adhéré à différentes organisations internationales.

A.Adler a également parlé de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, dont l’auteur est Heydar Aliyev, et de sa contribution pour la région.

L’avocat français Alain Tremolières a raconté en français la poésie «L’Azerbaïdjan» que le leader national aimait beaucoup.

La cérémonie s’est poursuivie par un concert de Vourgoun Vékilov, jeune pianiste azerbaïdjanais. Il a joué les œuvres de Bach, Ravel et G. Garayev.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules