POLITIQUE


Le rôle des commissions nationales pour l’UNESCO dans la promotion du dialogue  interculturel au cœur des discussions à Bakou

Bakou, 3 mai, AZERTAC

Une session portant sur « Le rôle des commissions nationales pour l’UNESCO dans la promotion du dialogue interculturel » a eu lieu le 3 mai en marge du 5e Forum mondial sur le dialogue interculturel.

Ayant pris la parole à l’ouverture de la session, le secrétaire général de la commission nationale azerbaïdjanaise pour l’UNESCO, Elnour Soultanov, a parlé de la réputation croissante de l’Azerbaïdjan, de ses relations internationales, surtout de sa position au sein des organisations internationales. Il a noté que l’Azerbaïdjan coopérait avec l’UNESCO depuis déjà 27 ans. Il convient de souligner en particulier la contribution de Mme Mehriban Aliyeva, première vice-présidente de la République d’Azerbaïdjan, présidente de la Fondation Heydar Aliyev et ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO dans le développement et l’élargissement de cette coopération.

Le secrétaire général a jeté un coup d’œil sur l’histoire de la création et l’activité de la commission nationale de l’Azerbaïdjan pour l’UNESCO.

E.Soultanov a également fait savoir que les commissions nationales jouaient un rôle particulier dans l’organisation de différents évènements régionaux et globaux. La commission nationale azerbaïdjanaise aussi coopère activement dans les projets de l’UNESCO en la matière.

Le secrétaire général a ensuite donné des informations sur le climat de multiculturalisme et de tolérance en Azerbaïdjan, ajoutant que les représentants de différentes religions et ethnies cohabitaient en paix en Azerbaïdjan, ce qui était important pour l’établissement du dialogue interculturel.

La sous-directrice générale pour les sciences sociales et humaines à l’UNESCO, Nada Al-Nashif, a rappelé qu’elle avait effectué sa première visite en Azerbaïdjan en 1996 et le développement qu’avait obtenu l’Azerbaïdjan depuis lors couvraient non seulement l’économie et l’infrastructure, mais aussi la culture.

Elle a très apprécié l’activité de la commission nationale azerbaïdjanaise pour l’UNESCO.

La sous-directrice générale a indiqué le rôle du Processus de Bakou, lancé à l’initiative du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev 11 ans avant dans le développement du dialogue interculturel.

Ann-Belinda Preis, modératrice de la session, responsable de la section du dialogue interculturel de l’UNESCO, a souligné que l’invitation de nombreux spécialistes et experts en dialogue interreligieux et interculturel à ce forum était louable.

Elle a fait savoir que l’ONU et l’UNESCO se fixaient des objectifs pour éliminer la violence dans le monde, résoudre les conflits armées, ethniques et les autres problèmes.

Mehmet Öcal Oğuz, membre de la commission nationale de la Turquie pour l’UNESCO, Dusen Kasseinov, secrétaire général de TURKSOY, Alicher Ikramov, secrétaire général de la commission nationale de l’Ouzbékistan, Kwibae Kim, représentant de la commission nationale de la Corée du Sud, et l’académicien Chahin Moustafayev, directeur-adjoint de l’Institut d’études orientales de l’ANSA, sont eux aussi intervenus à la session.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules