POLITIQUE


Message de l’AZERTAC aux principales agences de presse au sujet des attaques meurtrières de l’Arménie contre Gandja

Bakou, 21 octobre, AZERTAC

L’AZERTAC a adressé un message aux dirigeants des agences membres des organisations médiatiques internationales et régionales au sujet des crimes de guerres de l’Arménie, surtout ses attaques terroristes contre la ville de Gandja, située très loin de la zone des combats et n’abritant aucun objectif militaire, et d’autres localités azerbaïdjanaises.

Le message adressé aux dirigeants des agences membres du Congrès mondial des agences de presse (NAWC), de l'Alliance européenne des agences de presse (EANA), de l'Organisation des agences de presse d'Asie-Pacifique (OANA), de l'Union des agences de presse nationales de l'Organisation de la coopération islamique (UNA) appelle à couvrir correctement l'agression arménienne contre l'Azerbaïdjan et les événements en cours dans la région.

L’objectif principal de ce message est d’attirer l’attention des médias internationaux sur les attaques terroristes en cours de l’Arménie contre la population civile azerbaïdjanaise et qui gagnent de plus en plus de terrain. Dans ce contexte, les responsables des agences de presse sont informés des lourdes conséquences du drame de Gandja, les attaques à la roquette contre Minguétchévir. Dans le même temps, on exprime la préoccupation face à l’apparition éventuelle dans certains médias des fausses nouvelles fabriquées par les dirigeants arméniens et le lobby arménien.

Il est à noter que les forces armées arméniennes, ayant subi une défaite écrasante sur le champ de bataille, visent les villes et villages environnants, ainsi que les localités et les biens civils situés loin de la ligne de front. Ces attaques barbares ont causé la mort de plus de 60 civils, dont des enfants, femmes et personnes âgées, blessant près de 300 personnes, détruisant des milliers de maisons, immeubles résidentiels et installations d’infrastructure. La dernière attaque contre la ville se distingue particulièrement par son ampleur. Un missile balistique « Scud » tiré sur un quartier résidentiel pendant la nuit, alors que les habitants dormaient, a causé de gros dégâts, tuant 13 personnes, dont 4 femmes et 3 enfants, et blessant 54 autres. Parmi les enfants tués figuraient des écoliers et même un nouveau-né. Ce sont tous des actes de terrorisme et des crimes de guerre, un crime contre l'humanité, commis au niveau des dirigeants politico-militaires de l'Arménie.

Il est souligné que contrairement à l'Arménie, l'Azerbaïdjan fait preuve d’humanisme à l’égard de la population civile arménienne. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré à maintes reprises que son pays n’a rien contre le peuple arménien. Dès que l'intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan sera rétablie, la population arménienne du Haut-Karabagh occupé recevra tous les droits et privilèges des citoyens de la République d'Azerbaïdjan.

« Malheureusement, la couverture de l'agression arménienne contre l'Azerbaïdjan dans les médias internationaux continue d'être biaisée, ce qui nous préoccupe gravement. Certains médias diffusent des informations sur la base de fake news du côté arménien sans vérifier les informations, s'abstiennent de s'exprimer sur ces attaques délibérées visant la population civile azerbaïdjanaise et les biens civils. Nous ne voulons simplement que vous soyez du côté de la vérité et de la justice et que vous transmettiez la vérité au public de votre pays, nous n'avons aucun autre désir. Nous vous appelons à ne pas rester indifférent aux actes terroristes de l’Arménie contre la population civile azerbaïdjanaise, sans remettre en cause l’engagement de votre agence envers les principes d'information. L’AZERTAC est prête à répondre à toutes vos questions, à fournir des informations et à vous aider à établir des relations avec les sources officielles azerbaïdjanaises », lit-on dans le message.

Il est à noter que l’AZERTAC assume la vice-présidence de l’Organisation des agences de presse d’Asie-Pacifique (OANA) et est membre du Conseil mondial des agences de presse (NACO), du Conseil de l'Union des agences de presse nationales de l'Organisation de la coopération islamique (UNA) et de l’Alliance européenne des agences de presse (EANA).

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules