POLITIQUE


Un diplomate azerbaïdjanais : Cette approche irresponsable pourrait ouvrir la boîte de Pandore des nationalismes violents et de séparatismes dangereux en Europe

Strasbourg, 21 novembre, AZERTAC

Le représentant permanent de la République d’Azerbaïdjan auprès du Conseil de l’Europe, Fakhraddin Ismayilov, a répondu aux messages d’un groupe d’universitaires à travers « L’Express ».

L’AZERTAC présente la réponse du représentant permanent :

Haut-Karabakh : une tribune à charge ?

La tribune « L’Azerbaïdjan poursuit au Karabakh une politique de nettoyage ethnique » (L’Express du 12 novembre), signée par un groupe d’universitaires, est un procès à charge et impose un certain nombre de précisions. Les auteurs n’abordent à aucun moment le fait de l’occupation par l’Arménie de 20 % du territoire azerbaïdjanais.

Ces universitaires oublient également de noter les condamnations explicites par le Conseil de sécurité de l’ONU de l’occupation par l’Arménie des territoires azerbaïdjanais. Enfin, il est totalement consternant de les voir appeler à l’intolérance et le simplisme de Geoffroy de Lagasnerie, Denis Malgrange, Limay (Yvelines). Une petite réaction épidermique à l’entretien avec Geoffroy de Lagasnerie (L’Express du 5 novembre).

Parlant de sa génération – celle qui avait cru à l’avenir radieux et aux lendemains qui chantent –,Yves Montand a dit un jour, sobrement : « Nous avons été cons et dangereux ». Geoffroy de Lagasnerie prouve que ce flambeau douteux continue de se transmettre.

Même intolérance, même simplisme, même manichéisme que chez nos maoïstes des années 1970. L’ennemi de toujours, c’est reconnaissance internationale de la soi-disant République du Haut-Karabakh, à l’instar de celle du Kosovo, alors que les deux conflits sont très éloignés quant à leur nature.

Cette approche irresponsable pourrait ouvrir la boîte de Pandore des nationalismes violents et de séparatismes dangereux en Europe.

La réponse de la rédaction : Attaché au débat contradictoire, L’Express a décidé de publier cette réponse de l’ambassadeur. Sur le fond, nous renvoyons nos lecteurs à la tribune des universitaires mise en cause et, dans ce numéro, à l’analyse de notre chroniqueur Bruno Tertrais (page 49) ainsi qu’à « L’œil de L’Express » (page 10).

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules