POLITIQUE


L’Azerbaïdjan condamne le Sénat français pour avoir adopté une proposition de résolution biaisée

Bakou, 26 novembre, AZERTAC

La proposition de résolution sur « la nécessité de reconnaître la République du Haut-Karabagh » adoptée par le Sénat français a été avancée par un groupe de sénateurs ouvertement pro-arméniens, déclare le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

« L'ambassadeur de la République d'Azerbaïdjan en France s’est exprimé devant les membres du Sénat la veille du vote sur la proposition de résolution, conformément aux procédures d'audition du Sénat, et a donné des informations détaillées sur les points unilatéraux et faux reflétés dans la proposition de résolution. À ce titre, l'adoption d'une résolution tout à fait partiale par le Sénat ne peut être considérée que comme une provocation. Il semble que les Arméniens de France utilisent largement le sujet du conflit à des fins électorales », indique le communiqué.

Le ministère a souligné que la proposition de résolution adoptée par le Sénat n'avait aucune valeur juridique. « Mais, compte tenu de la portée politique de la résolution, l'imposition d'une telle proposition de résolution par un pays doté d'un mandat de médiation met en doute la neutralité du pays. Cela porte atteinte aussi à la réputation de la France en tant que médiateur équitable dans la société azerbaïdjanaise », a-t-il ajouté.

Le ministère a indiqué que la position officielle de la République française sur le règlement du conflit avait été exprimée par des hauts fonctionnaires, dont le président et le ministre des Affaires étrangères.

« La France soutient l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, et cela se reflète à la fois dans les documents signés dans le cadre bilatéral ainsi qu’avec l’Union européenne. Le secrétaire d'Etat du ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères, qui s'est prononcé lors des discussions au Sénat, a également exprimé la position officielle », lit-on dans le communiqué.

Le ministère azerbaïdjanais a souligné qu'au lieu d'adopter des résolutions partiales, l'engagement du Sénat français dans des activités visant à servir la paix, la stabilité et le progrès dans la région répondrait aux intérêts de la France et contribuerait au développement durable de la région.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules