CULTURE


Appel de personnalités culturelles et académiques d’Azerbaïdjan, récipiendaires de distinctions honorifiques de la République française

Nous, représentants du monde culturel, artistique et universitaire d'Azerbaïdjan, récipiendaires de distinctions honorifiques françaises, arborions jusqu’alors avec fierté ces titres décernés par la France, que nous considérions comme le pays phare des Lumières. Nous avions grandi avec les idéaux véhiculés par les Lettres françaises, incarnés par les Rousseau, Voltaire, Molière, Hugo et tant d’autres, qui défendaient avec verve et passion les principes d’égalité, de paix et de justice.

Ces mêmes principes constituent le socle sur lequel l’Azerbaïdjan s’est construit au fil des siècles. Foyer de haute culture rayonnant sur l’ensemble de la région, notre terre a abrité de nombreux peuples et religions qui ont coexisté et fraternisé dans la paix. Musulmans, Juifs et Chrétiens ont toujours fait partie intégrante de notre société et leurs lieux de culte sont placés sous la protection de l'État azerbaïdjanais. Cette remarquable synthèse culturelle a offert à notre pays un patrimoine unique, d’une richesse exceptionnelle, donnant à l’Azerbaïdjan son visage contemporain, à la fois multiculturel et multiconfessionnel.

Cette qualité a du reste été reconnue par le Pape François en personne qui, lors de son voyage apostolique effectué en Azerbaïdjan en octobre 2016, a loué notre pays pour sa grande tolérance religieuse. L’Assemblée générale des Nations Unies, quant à elle, a fait de son Forum mondial sur le dialogue interculturel, qui se tient tous les deux ans à Bakou, le principal vecteur du dialogue interculturel à l’échelle planétaire.

On le sait moins mais l'Azerbaïdjan œuvre également très activement à la protection du patrimoine, non seulement sur son territoire mais aussi à l’étranger, notamment en France où des travaux ont pu être réalisés avec le soutien financier azerbaïdjanais au Musée du Louvre et au Château de Versailles. Des fonds ont également été alloués par l’Azerbaïdjan pour restaurer sept églises des 10ème et 12ème siècles dans le département de l’Orne. Une aide a enfin été apportée à la restauration des vitraux de la cathédrale de Strasbourg datant du 14ème siècle.

L’Azerbaïdjan est historiquement la première république démocratique et laïque d'Orient, laquelle a octroyé, bien avant la France, le droit de vote et d’éligibilité aux femmes. L'auteur de l'hymne de notre République, Uzeïr Hadjibeyli, originaire du Haut-Karabakh, avait composé le premier opéra d’Orient. Son opérette « Le colporteur de tissus » fut d’ailleurs mise en scène à Paris, en français, au Théâtre Femina des Champs-Elysées, le 4 juillet 1925. Le premier ballet, comme la première ballerine de l'Est, sont également apparus sur la scène azerbaïdjanaise.

Dès lors, quelle n’a pas été notre profonde déception de voir le Sénat français se fourvoyer dans des résolutions absurdes appelant à la reconnaissance d’une république arménienne fantoche du Haut-Karabakh, ce que même l’Arménie s’est toujours refusé de faire.

A l’instar de la France durant la Seconde Guerre Mondiale, l’Azerbaïdjan a vu une partie de son territoire envahie et occupée par un voisin agresseur. Durant l’invasion arménienne de 1992, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et près d’un million d'Azerbaïdjanais ont été chassés de leurs terres par le nettoyage ethnique pratiqué méthodiquement par les Arméniens. Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de Sécurité de l'ONU, toutes votées par la France, ont d'ailleurs appelé au retrait immédiat et sans condition des forces d'occupation arméniennes des territoires internationalement reconnus comme azerbaïdjanais. Mais pendant presque trois décennies, ces résolutions sont restées lettre morte.

Durant les années d'occupation, les Arméniens ont délibérément détruit des monuments culturels anciens, transformé en ruines des villes entières, mettant en œuvre un véritable génocide culturel. Nos cris d’alarme auprès de la communauté internationale sont restés sans réponse.

En février 1992, les Arméniens ont commis un acte de génocide contre les habitants de Khojaly où, en une nuit, 613 civils ont été sauvagement massacrés, dont 106 femmes, 63 enfants et 70 personnes âgées. La cité de Khojaly a été totalement rasée et rayée de la surface de la Terre. Alors que plusieurs pays ont reconnu le caractère génocidaire de ce crime contre l’humanité, la France est restée sourde à la souffrance azerbaïdjanaise.

Mais aujourd'hui la justice triomphe enfin! L’Azerbaïdjan a rétabli sa pleine souveraineté sur ses terres illégalement occupées par les Arméniens, à l’issue d’une guerre éclaire remportée avec force et courage, malgré les nombreux bombardements arméniens sur les villes et les populations civiles azerbaïdjanaises. Ces bombardements, constitutifs de crimes de guerre, ont été effectués avec des armes interdites par les conventions internationales et ont été dénoncés par les organisations de défense des droits de l'homme.

Le 10 novembre, un accord de paix a été signé par les dirigeants azerbaïdjanais, russe et arménien. En vertu de celui-ci, les forces arméniennes ont été contraintes de se retirer progressivement des territoires de l'Azerbaïdjan. Les civils azerbaïdjanais vont enfin pouvoir rentrer chez eux et retrouver leurs terres ancestrales !

Le monde entier peut désormais constater les ravages de 30 ans d’occupation arménienne. Des villes et villages ont été détruits, des forêts incendiées, des champs brûlés, des monuments historiques et culturels réduits à l’état de ruines, des trésors architecturaux et des lieux de culte dévastés. Presque toutes les mosquées, et même des églises orthodoxes, ont été détruites ou profanées par les Arméniens. A ce propos, les autorités azerbaïdjanaises ont exprimé leur volonté de réhabiliter, reconstruire et restaurer tout ce qui a été volontairement saccagé par l’occupant arménien, y compris les lieux de culte non musulmans.

La position du Sénat et de l'intelligentsia français, qui n'ont jamais daigné condamner la violation de l’intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, suscite aujourd’hui la colère et l'indignation de l'ensemble de la population azerbaïdjanaise.

Nous avions sincèrement cru que les valeurs proclamées par la République française s'adressaient non seulement à ses alliés proches mais aussi au monde entier. Malheureusement, la résolution adoptée par les sénateurs français menace gravement l'avenir de nos relations bilatérales. Il sera difficile pour les représentants azerbaïdjanais des arts, de la culture et du monde académique de faire abstraction de cette forfaiture et de défendre tout rapprochement avec la France.

La présence d'une importante diaspora arménienne en France ne peut tout excuser! La position officielle de l’État français doit se conformer aux normes et principes du droit international, ainsi qu’aux règles de justice et d’équité.

Quant à l'appel signé par des personnalités culturelles françaises, nous déplorons que ces dernières soient devenues les instruments d’une grossière propagande arménienne. Cette prise de position immorale et inique jette une ombre sur leur image et leur impartialité.

Nous appelons les représentants politiques et culturels de la France à se rendre dans les territoires libérés d'Azerbaïdjan et à constater par eux-même l'effroyable ampleur des destructions et dévastations perpétrées par l'occupant arménien. Vous pourrez ainsi voir de vos propres yeux la barbarie qui a été à l’oeuvre durant 30 ans. Face à ce constat accablant, votre opinion deviendra sans doute plus juste et honnête.

 

Tahir SALAHOV, Légion d'honneur, Officier

Farhad BADALBEYLI, Arts et Lettres, Chevalier

Ramiz ABUTALIBOV, Légion d'honneur, Chevalier

Sevda MAMMADALIYEVA, Arts et Lettres, Officier

Farhad KHALILOV, Arts et Lettres, Chevalier

Chingiz FARZALIYEV, Arts et Lettres, Chevalier

Samad SEYIDOV, Légion d'honneur, Chevalier

Hijran HUSEYNOVA, Légion d'honneur, Officier

Fakhriyya KHALAFOVA, Arts et Lettres, Chevalier

Tchemen BABAKHANOVA, Palmes académiques, Chevalier, Officier

Azelma HASANOVA, Palmes académiques, Chevalier, Officier

Roya TAGHIYEVA, Arts et Lettres, Officier

Zohra ALIYEVA, Palmes académiques, Chevalier

Gulbeniz JAMALOVA, Palmes académiques, Chevalier

Afag GULIYEVA, Palmes académiques, Chevalier

Murad HUSEYNOV, Arts et Lettres, Chevalier

Gulnara SADIKHOVA, Palmes académiques, Chevalier

Reyhan HUSEYNOVA, Légion d'honneur, Chevalier

Tahira JABBAROVA, Palmes académiques, Chevalier

Elmira FARAJULLAYEVA, Palmes académiques, Chevalier

Soylu KHALILOVA, Palmes académiques, Chevalier

Maharram ORUJOV, Palmes académiques, Chevalier

Rafiga ISAYEVA, Palmes académiques, Chevalier

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules