POLITIQUE


Le président Ilham Aliyev : Il y a des signes de revanchisme dans la société et le spectre politique arméniens

Bakou, 15 décembre, AZERTAC

Plus d'un an s'est écoulé depuis la fin de la guerre et la situation est relativement stable. Si nous parlons du territoire où les forces de maintien de la paix russes sont responsables au Karabagh, la situation est plus stable qu'à la frontière arméno-azerbaïdjanaise. La raison en est malheureusement que l'Arménie n'a pas renoncé à ses tentatives de vengeance, a déclaré le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, dans son entretien accordé mardi 14 décembre au journal espagnol El Pais à Bruxelles.

Abordant les raisons des provocations militaires commises par l’Arménie à la frontière avec l'Azerbaïdjan, le chef de l’Etat a dit : « La défaite dans la Seconde guerre du Karabagh a été très douloureuse pour eux. Cette défaite a presque détruit la propagande de guerre et le fondement idéologique sur « une armée invincible », « la force », « le courage des soldats et des commandants » ayant duré pendant une trentaine d'années. Pendant la guerre de 44 jours, l'armée arménienne a été complètement détruite, et l’Arménie a été contrainte de signer l’acte de capitulation le 10 novembre 2020, acceptant de restituer les territoires que nous n'avions pas reconquis pendant la guerre de 44 jours. Donc, il y a des signes de revanchisme dans la société et le spectre politique arméniens. C’est pourquoi, ils tentent de commettre des provocations militaires à la frontière, sachant que c’est impossible de le faire dans le territoire où sont stationnées les forces russes de maintien de la paix.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules