ACTUALITES OFFICIELLES


Le président Ilham Aliyev reçoit les lutteurs azerbaïdjanais ayant disputé les championnats d’Europe U23 VIDEO

Bakou, 17 mars, AZERTAC

Le président de la République Ilham Aliyev a reçu, jeudi 17 mars, les lutteurs azerbaïdjanais ayant disputé les championnats d’Europe U23 de lutte, tenus à Plovdiv, en Bulgarie.

Le président Ilham Aliyev a prononcé un discours détaillé lors de la rencontre.

Discours du président Ilham Aliyev

- Lors des récents Championnats d'Europe en Bulgarie, nos jeunes lutteurs ont représenté dignement notre pays et ont remporté un grand succès, gagnant un total de 16 médailles, dont sept en or. C'est une formidable réussite. En particulier, il faut tenir compte du fait que notre équipe a terminé première au classement par équipe. Tout d'abord, je tiens à féliciter les athlètes et leurs entraîneurs, la Fédération azerbaïdjanaise de lutte à cette occasion. Cela montre une fois de plus que le sport se développe avec succès dans notre pays, que l'Azerbaïdjan est un pays de sports et que nos athlètes démontrent leur force et leur puissance dans les compétitions internationales tant chez les séniors que chez les juniors.

Je sais que la compétition dans tous les sports, y compris la lutte, augmente, des athlètes forts émergent dans différents pays. Par conséquent, devenir champion d’Europe face à une concurrence croissante est une grande réussite, bien sûr. Notre hymne national a retenti sept fois. Bien sûr, les athlètes, les professionnels du sport et tous les citoyens azerbaïdjanais ont accueilli cette victoire avec une grande fierté.

La lutte occupe une place particulière parmi tous les sports en Azerbaïdjan. La lutte est notre sport traditionnel. Nous avons toujours eu de bons lutteurs, à la fois pendant l'ère soviétique et, particulièrement, pendant les années d'indépendance. Nos lutteurs ont dignement représenté l'Azerbaïdjan dans diverses compétitions. Nous avons de nombreux champions olympiques, mondiaux et européens. Bien sûr, les traditions de lutte sont assez fortes en Azerbaïdjan, et je suis heureux que la jeune génération perpétue ces traditions maintenant. Je suis sûr que nos athlètes qui ont récemment remporté des médailles deviendront à l'avenir champions d'Europe, du monde et olympiques. Je suis également convaincu que cette expérience, ces connaissances et ces compétences transmises de génération en génération continueront à faire de l'Azerbaïdjan l'un des principaux pays de lutte au monde. Nous sommes premiers parmi les jeunes athlètes en Europe et, selon mes informations, au total 34 pays ont participé à ces championnats. Compte tenu de cela, je tiens à souligner à nouveau qu'il s'agit d'une très grande réussite. Bien entendu, compte tenu de tous ces facteurs, je vous ai invité aujourd'hui pour vous féliciter personnellement et à exprimer mon espoir que vous continuerez à représenter notre pays avec dignité et avec la même détermination à l'avenir.

Les processus qui se déroulaient récemment au sein de la Fédération de lutte avaient suscité des inquiétudes. Il y avait là une certaine stagnation. Le mécanisme de gestion de la Fédération de lutte s'était affaibli et il y avait de l'arbitraire. Bien sûr, cela a également eu un impact négatif sur les résultats, ce qui est naturel. Par conséquent, il était nécessaire de remplacer la direction de la Fédération de lutte, et ça a été le cas. Je suis convaincu que la fédération va maintenant éliminer toutes les lacunes et analyser la situation. On m’a dit que ce travail avait déjà commencé. Bien sûr, des conditions nécessaires doivent être créées pour les athlètes – juniors et seniors. Depuis mon élection à la tête du Comité national olympique, je me suis fixé un objectif : créer des conditions nécessaires pour les athlètes et ensuite attendre d'eux des résultats. Donc, je suis convaincu que la Fédération de lutte, avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et les entraîneurs, réussira à prendre les bonnes mesures, et je considère la victoire d'aujourd'hui comme l'une des premières manifestations de ces efforts.

Nos athlètes font connaître l'Azerbaïdjan dans le monde depuis de nombreuses années. J'ai répété à maintes reprises lors de rencontres avec la communauté sportive que le sport fait partie de notre politique publique et qu'il reflète la puissance de chaque pays. Si nous regardons les classements des pays dans les compétitions internationales et les Jeux Olympiques, nous pouvons voir que ce sont généralement les représentants des pays développés qui obtiennent de grands succès. C'est naturel, car la tenue de séances d'entraînement, les travaux préparatoires et, en général, la base économique, tous ces facteurs jouent un rôle important. Bien sûr, la politique publique est, dans ce cas, une question de premier plan, et l'Azerbaïdjan fait partie de ces pays. Nous sommes parmi les pays leaders non seulement dans les domaines économiques et autres, mais aussi dans le domaine du sport, et nous devons maintenir ce leadership. Ce n'est pas un hasard si les organisations sportives internationales ont un grand respect pour l'Azerbaïdjan. Sinon, l’Azerbaïdjan n’aurait pas accueilli deux compétitions de classe mondiale, dont les Jeux européens et les Jeux de la solidarité islamique. L'organisation de deux événements majeurs dans un pays, dans une ville au cours de deux ans est un signe de l'attitude de la communauté sportive internationale et des fédérations à notre égard. Nous avons organisé ces compétitions à un haut niveau et nos athlètes nous ont fait plaisir. Nous entretenons des relations étroites avec les organisations sportives internationales, le Comité international olympique, les Comités olympiques européens et les fédérations internationales. Ces relations, bien sûr, nous aident à mener une véritable politique sportive en Azerbaïdjan. Les compétitions sportives organisées et à accueillir dans notre pays à l'avenir devraient également devenir régulières. Car grâce aux opportunités de notre pays, ainsi qu'à l’hospitalité, aux infrastructures sportives disponibles en Azerbaïdjan, nous pouvons organiser toutes sortes de compétitions sportives. Par exemple, les Jeux européens ont réuni plus de 5 000 athlètes, dont beaucoup ont noté que les Jeux se déroulaient au niveau des Jeux olympiques d'été. En d'autres termes, nous avons créé toutes ces conditions pour que les athlètes gardent la gloire de notre État au niveau élevé et fassent la promotion du sport. C'est l'une des tâches que j'ai confiées au ministre de la Jeunesse et des Sports : promouvoir le sport et utiliser les infrastructures existantes dans toutes les régions. Parce que nous avons des centres sportifs olympiques modernes dans chaque région. Une cinquantaine de centres de ce genre ont déjà été construits et nous devons les utiliser efficacement. Le travail de sélection doit être fait très correctement. Il y a des enfants talentueux dans les régions, il suffit de les choisir et de les impliquer dans des sports, des clubs sportifs.

Bien sûr, l'exemple de nos sportifs de renom, l'exemple des champions olympiques, du monde et d’Europe doit constituer un encouragement pour les jeunes. Ils devraient essayer d'être comme nos célèbres athlètes. Je sais que nos athlètes bien connus et exceptionnels servent d’exemple tant par leurs réussites sportives que par leur comportement. Je suis très heureux que la communauté sportive azerbaïdjanaise et nos athlètes, la grande majorité d'entre eux, servent et devraient servir d’exemple dans leur vie quotidienne. En bref, je suis positif quant aux perspectives de la lutte. Je suis convaincu que nous aurons plus de succès aux Jeux olympiques et aux championnats du monde dans les années à venir.

J'aimerais également aborder un autre sujet. Vous représentez le pays vainqueur aujourd'hui. Lorsque nous avons rejoint les grandes compétitions sportives en tant que pays indépendant auparavant, nous étions un pays dont le territoire était occupé. Nous devions prouver que nous avions la force et la détermination et nous l'avons fait. L'habileté et la capacité dont nous faisons preuve dans les arènes sportives internationales seront également manifestées sur le champ de bataille. En tout cas, le facteur sportif a joué un grand rôle dans l'éducation de notre peuple et de la jeunesse à l'esprit patriotique. Conscient de cela, j'ai toujours essayé de maintenir un sentiment de patriotisme élevé chez notre jeunesse. Ce sont ces sentiments de patriotisme, d'amour et de dévotion à la patrie qui ont joué le rôle clé dans la Guerre patriotique. Bien sûr, nous avons une armée forte, du matériel, des armes et des munitions, mais c'est la persévérance de nos guerriers et leur dévouement à la Patrie qui sont à l’origine de notre victoire. Cela découle du vrai patriotisme.

Pendant de nombreuses années, pendant près de 30 ans, nous avons été représentés sur la scène internationale comme un pays vaincu, tant dans le domaine sportif que politique. Aussi difficile soit-il de le reconnaître, c'est le cas. En d'autres termes, nous devons connaître et dire la vérité telle qu'elle est. Certes, il y avait des raisons à cette défaite, la trahison du gouvernement anti-national d’alors, le manque d'armée, l'aide fournie à l'Arménie par des pays étrangers - tout cela était réel. Ces facteurs mêmes ont conduit à la défaite. La vérité était que nos terres étaient sous occupation, et nous devions prouver que nous libérerions nos terres des occupants à tout prix. Je tiens à répéter que les succès sportifs, y compris le lever de notre drapeau et le retentissement de notre hymne national, ont renforcé les sentiments de patriotisme et ont montré à chacun de nous que si nous pouvions vaincre l'ennemi dans le sport, nous gagnerions certainement également sur le champ de bataille. Et c'est exactement ce qui s'est passé.

Vous, les jeunes, représentez aujourd’hui un Azerbaïdjan différent. Vous représentez une nation victorieuse. Je suis sûr que lorsque vous entrez dans l'arène sportive, vous devez avoir ces sentiments dans votre cœur. Aujourd'hui, non seulement les citoyens azerbaïdjanais, mais aussi les Azerbaïdjanais vivant dans le monde entier sont fiers de parler de la Seconde guerre du Karabagh et de transmettre la vérité sur l'Azerbaïdjan dans les pays où ils vivent. Bien sûr, vous participez à des compétitions internationales dans différents pays. Vous êtes probablement trop jeunes pour cela et vous venez de commencer à participer à des compétitions internationales, mais je suis sûr que nos athlètes seniors, nos entraîneurs et nos professionnels du sport peuvent certainement voir à quel point l'attitude envers l'Azerbaïdjan a changé. Car nous représentons un pays vainqueur et un peuple vainqueur. Nous avons mené la guerre avec dignité et conformément à toutes les règles de la guerre. Nous n'avons pas combattu la population civile, nous n'avons pas bombardé des bâtiments et nous n'avons pas commis d'atrocités. Cependant, il y avait toujours un sentiment de vengeance dans le cœur de notre peuple. Après tout, les Arméniens ont commis des actes de génocide contre nous, ils ont mené une politique de nettoyage ethnique contre nous, donc il doit y avoir eu un sentiment de vengeance. Mais j'ai dit que nous ne nous vengerions de l'ennemi que sur le champ de bataille. Le monde entier, tous les experts militaires ont noté à plusieurs reprises que l'Azerbaïdjan avait mené cette guerre avec beaucoup d'habileté et de maîtrise, avait réalisé ce qu'il voulait en peu de temps et respecté toutes les règles de la guerre. C'est pourquoi le nombre de victimes civiles du côté ennemi était inférieur à 30, et c'est parce que ces civils étaient impliqués dans les combats.

Je tiens à le souligner particulièrement. Des guerres ont été menées, sont menées et, malheureusement, seront menées dans de nombreuses parties du monde. Si nous prêtons attention à ces guerres, je pense que le peuple azerbaïdjanais ainsi que l'ensemble de la communauté mondiale reverront la grandeur du peuple azerbaïdjanais et la responsabilité des dirigeants azerbaïdjanais. Bien sûr, c'est une incitation supplémentaire pour nos athlètes. Parce que nous représentons une nation digne et un pays qui mérite un grand respect. Vous, les athlètes, représenterez un pays victorieux pour les générations à venir car notre victoire est éternelle. Nous sommes le peuple qui a libéré le Karabagh de l'ennemi et qui crée une nouvelle vie sur ces terres.

Bien sûr, les sports doivent être développés dans les terres libérées. Nous travaillons déjà la-dessus. Les stades, centres sportifs et autres installations sportives font partie des plans directeurs de toutes les villes libérées. Désormais, les fédérations et le ministère de la Jeunesse et des Sports doivent déjà présenter des projets. Car les plans directeurs des villes prévoient aussi l’emplacement des installations sportives. Mais à quoi ressembleront leur apparence et leur architecture ? Celle-ci doit être soumise par les fédérations compétentes et le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Bref, chers amis, athlètes, entraîneurs, professionnels du sport, je vous félicite encore une fois et vous souhaite de nouveaux succès et de nouvelles victoires.

Namig Abdoullaïev, entraîneur-chef de l'équipe d’Azerbaïdjan de lutte libre : Monsieur le Président, je voudrais dire quelques mots sur ce succès au nom de notre fédération et de nos lutteurs.

Cher Monsieur le Président, au nom de la Fédération azerbaïdjanaise de lutte, des entraîneurs, des athlètes et de toute la famille de la lutte, je voudrais vous remercier de nous avoir invités et de nous avoir rencontrés. Nous avons toujours ressenti votre attention vis-à-vis du sport. Le fait que vous nous receviez après les championnats d'Europe de lutte des moins de 23 ans en Bulgarie est également un signe de cette attention. Comme vous le savez, notre équipe nationale a réussi dans les trois disciplines de lutte aux Championnats d'Europe. Nous avons remporté deux médailles d'or, une d'argent et deux de bronze en lutte gréco-romaine, une médaille d'or, une d'argent et deux de bronze en lutte féminine, et quatre médailles d'or et trois de bronze en lutte libre. Nos lutteurs de style libre sont devenus champions d'Europe par équipe. Nos lutteurs de style gréco-romain ont terminé à la troisième place. Au total, nous avons remporté 16 médailles. L'Azerbaïdjan a remporté sept médailles d'or, deux d'argent et sept de bronze et a terminé à la première place du classement général. Il s'agit d'un record dans l'histoire de la lutte azerbaïdjanaise.

Monsieur le Président, je voudrais saisir cette occasion pour dire que la Coupe du monde de lutte gréco-romaine aura lieu en Azerbaïdjan en novembre prochain.

Monsieur le Président, des compétitions plus prestigieuses nous sont attendent. Je peux dire avec confiance que cette rencontre sera pour nous une grande inspiration. Nous ferons de notre mieux pour vous rendre heureux, ainsi que notre peuple, en réussissant lors de futures compétitions. Merci pour votre attention.

Mikayil Djabbarov, président de la Fédération azerbaïdjanaise de lutte : Monsieur le président, tout d'abord, je voudrais vous exprimer ma profonde gratitude pour avoir trouvé le temps dans votre emploi du temps chargé pour nous recevoir et de nous faire part de vos recommandations à la fois en tant que chef de l'État et président du Comité national olympique. Vos précieuses recommandations relatives aux activités de la Fédération de lutte constituent une base pour nous. En saisissant cette occasion, je tiens à vous assurer que conformément à vos instructions, nous travaillons en étroite collaboration avec nos collègues, le ministère de la Jeunesse et des Sports, pour promouvoir le sport, notamment auprès des jeunes et adolescents, ainsi que le sport professionnel. Comme vous l'avez dit, c'est notre sport traditionnel et nous nous en inspirons toujours. Merci pour votre confiance. Nous promettons que tous nos athlètes et entraîneurs feront de leur mieux pour représenter dignement notre drapeau à l'avenir et nous apporterons le soutien nécessaire. Merci encore.

Le président Ilham Aliyev: Merci.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter